Your browser does not support JavaScript!

Le fabricant de pompes PCM réalise d'importantes extensions sur son site angevin, portant la superficie totale de son usine à plus de 16.000 m², dont 14.000 m² pour la seule unité de production et plus de 1.000 m² pour ses locaux tertiaires.

De nouveaux bureaux et de nouveaux ateliers pour une capacité de production accrue de 25% réservée à la branche pétrole et gaz, le site angevin de PCM illustre la bonne santé du fabricant de pompes. 2009 ou 2010 devrait voir l'arrivée sur le marché de son modèle métallique Vulcain? destiné à l'extraction du pétrole lourd. Le marché industrie (auquel appartient l'environnement) n'est pas oublié puisqu'il se voit lui aussi doté d'une capacité de production accrue. Une nouvelle stratégie internationale a amené également le fabricant à exporter son savoir-faire en adaptant ses process aux clients étrangers qui font appel à lui : assemblage et montage des pièces peuvent ainsi être réalisés sur place. Aujourd'hui, PCM est présente dans plus de 70 pays employant 400 personnes de 22 nationalités différentes. Mais c'est le site de Champtocé-sur-Loire (200 personnes) qui regroupe l'usine de production et les services de recherche et développement en attendant l'arrivée de l'ensemble des services administratifs et commerciaux qui doivent progressivement quitter Vanves (92). Tout a commencé avec l'invention de la pompe à vis excentrée par René Moineau en 1932. La même année, il s'associe avec le fabricant de munitions Gévelot pour créer PCM et commercialiser ce qui va désormais s'appeler la pompe Moineau. L'entreprise s'agrandit à Champtocé-sur-Loire, Maine et Loire, dès 1972, alors que le siège se trouve en région parisienne. En 1990, toutes les activités pompes de l'entreprise se sont regroupées en Anjou où l'entreprise se développe dans la rue qui porte désormais le nom de René Moineau. Au fil du temps, la gamme des pompes volumétriques s'élargit : pompes péristaltiques, pompes doseuses alternatives, pompes « à tube » et pompes à lobes. PCM réalise aujourd'hui 75 millions d'euros de chiffre d'affaires et répond aux normes Iso 9001 depuis 1994 et Iso 14001 depuis 2006. L?installation est classée ICPE. L?activité de PCM se répartit en trois principaux marchés : le pétrole et gaz (40% de son CA), l'industrie (35%) et l'alimentaire (25%). Dans le secteur de l'eau (intégré dans le secteur industriel), on retrouve les pompes PCM sur les stations d'épuration où ces équipements assurent différentes tâches comme le dosage des polymères, le pompage des graisses ou des boues liquides. « Ainsi, dans l'atelier de chaulage des boues, ce sont des pompes gaveuses qui injectent la chaux dans la boue liquide pour la déshydrater », explique Philippe Defarges, chef de produit eau chez PCM. Si le fabricant de pompes se spécialise dans les produits dits « difficiles » : liquides abrasifs, fragiles, corrosifs, visqueux, chauds (jusqu'à 350°C) ou lourds (260 bar), il se différencie de ses principaux concurrents par sa propre production d'élastomères selon des techniques qu'il développe depuis 75 ans. Impliqué dans l'éco-conception, PCM diminue ainsi de 40% ses déchets de caoutchouc en réutilisant des boudins, ce qui a entraîné un gain annuel de 70.000 euros. Depuis la fin des années 90, PCM intègre aussi une approche de LCC (Life cycle cost) dans la fabrication de ses pompes, c'est-à-dire qu'il prend en compte l'ensemble des coûts énergétique, opérationnel et de maintenance liés à l'utilisation d'une pompe. Ce travail a abouti à la conception d'EcoMoineau : une pompe moins encombrante, nécessitant moins de matières premières pour sa fabrication et moins d'énergie pour son utilisation. Les étanchéités et les rotors, par exemple, peuvent être remplacés sans avoir à démonter la tuyauterie. Grâce à sa bielle plus courte, cette pompe compacte nécessite un dégagement de seulement 70 mm. De plus, grâce à l'éco-conception, la pompe EcoMoineau est 40% plus légère et utilise moins d'énergie que la précédente génération. Elle anticipe dont la Directive européenne concernant les produits utilisateurs d'énergie (European Energy-using Products - EuP). Des chiffres qui ne sont pas anodins lorsqu'on sait que les systèmes de pompage représentent près de 20% de l'énergie consommée par l'industrie, un pourcentage pouvant atteindre jusqu'à 50% dans certains procédés.