Your browser does not support JavaScript!

L?Agence Française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail attire l'attention des gestionnaires de stations de ski et des autorités sur la nécessité de surveiller la qualité microbiologique des eaux utilisées pour la fabrication de neige artificielle. Une qualité insuffisante pourrait constituer un risque sanitaire pour les populations et serait susceptible de dégrader la qualité des sols et de la ressource en eau lors de la fonte des neiges.

La fabrication de neige de culture, avec ou sans additifs, est de plus en plus fréquemment employée par les stations de ski pour assurer un enneigement suffisant des pistes. L?Afsset a donc été saisie par sa tutelle pour évaluer les risques sanitaires liés à l'utilisation d'adjuvants pour la fabrication de la neige artificielle et notamment le produit Snomax®, le seul additif recensé à avoir été utilisé entre 1992 et 2005 par 23 des 300 stations de ski françaises. Son utilisation a été suspendue par les professionnels français face à une inquiétude environnementale et sanitaire, bien que le produit n?ait jamais fait l'objet d'une interdiction et qu'il soit par ailleurs utilisé à l'étranger. L?estimation qualitative des risques sanitaires a révélé un niveau de risque « nul à négligeable », voire « négligeable » pour la majorité des populations et un niveau de risque « négligeable à faible » pour les nivoculteurs plus exposés au produit, notamment lors de sa manipulation. Mais à l'occasion de cette expertise, l'Afsset a étendu ses investigations en examinant notamment les risques liés à la qualité de l'eau utilisée pour la fabrication de la neige de culture quelle que soit la nature du produit utilisé. L?agence estime en effet nécessaire de surveiller la qualité microbiologique des eaux utilisées pour la fabrication de neige artificielle, une eau de mauvaise qualité microbiologique pouvant en effet représenter un risque sanitaire pour les usagers des pistes et les populations professionnelles. L?utilisation d'adjuvants, notamment pour l'entretien du manteau neigeux, est considérée par l'agence comme un facteur aggravant susceptible, dans certaines conditions, de dégrader la qualité des sols et de la ressource en eau, via l'eau de fonte des neiges. « Les captages utilisés pour l'approvisionnement en eau potable, notamment en raison de leur proximité immédiate des pistes, paraissent être particulièrement vulnérables aux risques éventuels liés à ces additifs ainsi qu'à la qualité microbiologique de l'eau utilisée pour l'enneigement artificiel » estime l'agence dans son rapport. Le rapport de l'Afsset est disponible sur le site de l'agence à l'adresse : http://www.afsset.fr