Your browser does not support JavaScript!

Après une année 2011 assez satisfaisante, les industries de la pompe, des compresseurs et de la robinetterie, rattrapées par un contexte économique difficile en Europe mais aussi à l'international, marquent le pas.

En facturation, l'année 2012, comparée à 2011, fait apparaitre un résultat assez contrasté entre le secteur des pompes et compresseurs, quasiment stable, et celui de la robinetterie qui enregistre une hausse de 9 %.

Ces chiffres reflètent bien le niveau de la production qui s'est inscrit en baisse tout au long de l'année 2012 sur les marchés des pompes et des compresseurs pour terminer à + 0,5% alors que celui de la robinetterie a cru de manière régulière (+ 4%) sur la même période. Ces tendances semblent se confirmer sur le premier semestre 2013 avec des prises de commande en cumul glissant sur 12 mois oscillant entre +0.3 % et + 3 % pour le secteur des pompes et compresseurs et + 4% pour le secteur de la robinetterie.

Quelles sont les perspectives pour les mois à venir ? Les soldes d'opinions des adhérents de Profluid qui traduisent la perception du niveau des carnets de commandes pour les mois à venir sont en baisse, que ce soit sur les marchés domestiques ou à l'export même si ces niveaux sont pour le moment considérés comme stables. Les perceptions diffèrent cependant selon les marchés. L’activité au sein des secteurs du Cycle de l'Eau et du Bâtiment est ainsi considérée comme inférieure à la normale depuis plusieurs mois.

Les secteurs de l'Energie et de l'Industrie, qui tirent traditionnellement les carnets de commandes, sont perçus comme en baisse depuis le mois de décembre 2012. Pour les pompes comme pour la robinetterie, l'Europe reste le premier partenaire commercial de la France et l'Allemagne le pays avec lequel les échanges sont les plus importants. Mais les chiffres réalisés à l'export semblent marquer le pas. « On observe un tassement global de la croissance au sein des pays émergents qui, malgré un niveau encore élevé, s'inscrit plutôt en baisse par rapport à ce qui était attendu, notamment au Brésil ou en Chine » souligne Jérôme Duprez, le nouveau Président de Profluid. Cette décélération est aggravée par la faiblesse de l'activité en Europe.

Pour Christophe Rossigneux, Directeur commercial Eau & Industrie chez Grundfos, « L’austérité qui pèse sur plusieurs économies européennes pèse incontestablement sur les projets et donc sur l'activité ». Xavier Janin, Directeur Commercial chez Xylem, note de son côté « un net ralentissement au Moyen-Orient, dans les pays d'Afrique Francophone et au Maghreb, à la fois sur le niveau d'activité mais aussi sur les circuits de décision et les sources de financements qui se tendent ». Autant d'opinions qui n’incitent pas à l'optimisme même si, comme le remarque Jacques Fay, ancien Président de Profluid, le secteur résiste globalement assez bien surtout si on le compare aux autres secteurs industriels. « Nos produits sont des biens d'équipements qui répondent à une grande diversité de besoins essentiels dans tous les secteurs de l'industrie dont certains sont stratégiques comme l'eau, l'énergie, etc ».

Autre signe de dynamisme, les adhérents de Profluid anticipent plus de 1300 embauches en 2013 même si les difficultés de recrutement existent : 56% des adhérents interrogés ont rencontré des difficultés de recrutement en 2012 et pour 60% d'entre eux, ces recrutements ont été différés faute de candidats.

En cause, les mondes de l'industrie et de l'enseignement qui s'ignorent trop souvent. « Les besoins sont réels mais restent insatisfaits du fait d'une inadéquation entre les profils que nous recherchons et les jeunes arrivant sur le marché de l'emploi » estime Jérôme Duprez. « Les postes les plus difficiles à pourvoir sont ceux qui sont rattachés à la maintenance des équipements ou à la production, notamment dans les métiers du tournage, fraisage et soudage, précise Christophe Rossigneux. Il n’est pas rare, sur ces postes, de mettre plus d'un an avant de trouver un candidat ».

Face à ce constat, Profluid s'est mobilisé : journées portes ouvertes, parcours étudiants sur les salons, rédaction de fiches métiers et création d'un groupe de travail chargé de faire mieux connaitre les métiers de la mécanique. Une convention de partenariat a également été signée avec l'IUT Lyon 1 et les lycées Agrotec et Galilée à Vienne pour contribuer à faire évoluer l'enseignement professionnel de façon à ce qu'il réponde mieux aux besoins des industriels.

La licence professionnelle « Génie et Maintenance des systèmes de pompage », dont le programme a été établi avec les industriels du secteur de l'eau, sera ainsi lancée en septembre 2013.

 

Vincent Johanet