Your browser does not support JavaScript!

L?Ineris a réalisé pour le compte du Ministère chargé de l'Ecologie (MEDDE) un état des lieux sur la présence de polluants peu recherchés ou mal connus dans les eaux superficielles continentales, les eaux littorales et les eaux souterraines. Les données recueillies vont permettre de prioriser les substances, un préalable indispensable pour maîtriser les risques liés aux pollutions chimiques qui pèsent sur la qualité de l'eau.

L?objectif de l'étude menée par l'Ineris sous maitrise d'ouvrage de l'Onema est triple : aider à définir la liste des substances les plus pertinentes à surveiller dans les prochains plans de gestion (2016-2021), faire ressortir les lacunes qui nécessiteraient d'améliorer les connaissances sur les effets toxiques de certaines substances et éprouver les méthodes de chimie analytique développées par les laboratoires. En revanche, l'étude ne cherche pas à évaluer le risque engendré par telle ou telle substance sur les milieux aquatiques et ne constitue pas non plus un reflet exhaustif de la contamination des milieux aquatiques par les micropolluants. A noter également qu'elle ne prend pas en compte les substances prioritaires déjà surveillées dans le cadre de la DCE, ni les polluants déjà suivis par ailleurs notamment par le biais de la réglementation sur les rejets industriels. Les données recueillies - 80 000 données sur des substances mal connues dans les milieux aquatiques ? vont servir à établir la liste des Substances Pertinentes A Surveiller (SPAS) spécifique à la réglementation française et contribueront à construire la liste des Polluants Spécifiques à l'Etat Ecologique (PSEE), propre à chaque bassin. L?étude relève une omniprésence des plastifiants et des produits de soins corporels dans les milieux : ces molécules sont retrouvées dans 50% à 99% des échantillons sur tous les bassins hydrographiques. De même, les HAP sont présents dans 50 à 98% des échantillons et sur l'ensemble des bassins. Pour la matrice eau, 34 substances « omniprésentes » ont été quantifiées dans tous les bassins au moins une fois. Une grande partie des catégories d'usage est représentée : 1 additif d'essence, 1 molécule industrielle type naphtalène, 1 HAP, 4 produits de soins corporels, 12 pesticides & biocides, 9 résidus de médicaments, 5 plastifiants et 1 alkylperfluoré. Pour la matrice sédiments, plus de 40 substances « omniprésentes » sont retrouvées dans tous les bassins au moins une fois parmi lesquelles 2 retardateurs de flamme, 2 métabolites d'additifs d'essence, 3 molécules industriels (naphtalène et organo-étains), 3 résidus de médicaments, 18 HAP, 7 pesticides, 2 plastifiants, 1 antioxydant, 5 surfactants. L?étude de l'Ineris est téléchargeable à l'adresse : http://www.onema.fr/IMG/pdf/19_DRC-13-Rap-etude-prospectiveESC.pdf