Your browser does not support JavaScript!

Lieu d'échanges techniques entre tous les acteurs du monde de la mesure - experts, organismes, fabricants, industriels et exploitants - le Congrès International de Métrologie se tiendra du 3 au 6 octobre prochains à Paris. Parmi les différents thèmes abordés cette année, la place de la mesure en tant qu'outil d'amélioration des processus de l'entreprise.

Alors que les technologies de mesure n?ont jamais été aussi performantes, la compétence des métrologues s'est élargie ces dernières années avec l'arrivée en force des exigences normatives des référentiels Qualité. Garant des mesures dans les procédés industriels, l'exploitant et plus encore le métrologue doivent savoir comment réaliser les mesures demandées en garantissant leur fiabilité, c'est-à-dire en maîtrisant des processus de plus en plus complexes ! Mais trop de mesure tue la mesure. Certaines exigences aux coûts parfois élevés sont-elles réellement nécessaires ? Aujourd'hui, alors que la plupart des secteurs d'activité redémarrent, les projets se précisent, et les propositions d'embauches de responsables mesure/métrologie affluent, le moment est propice à la réflexion et à la remise en cause de certaines exigences très ou trop coûteuses. Pour la tolérance comme pour la mesure, l'atteinte du « juste nécessaire » est la garantie du « juste coût » et donc du « juste impact écologique » à laquelle une vision différente de la métrologie devrait permettre de participer. Cette réflexion engagée à l'occasion du nouveau Congrès de la Métrologie ne se limitera pas aux métrologues et à la métrologie, mais sera élargie à tous les utilisateurs, directs ou indirects, des résultats de mesure : bureaux d'études, production, services R&D, fabricants, exploitants, etc'. http://www.metrologie2011.com