Your browser does not support JavaScript!

Après avoir intégralement renouvelé la gamme Ponsel, après avoir patiemment construit une offre complète de solutions couvrant toute la chaîne de mesure de l'eau et y avoir associé un service location et SAV, le groupe Neotek s'apprête à franchir une nouvelle étape de son développement en concentrant ses efforts sur la fabrication de capteurs à forte valeur ajoutée. Rencontre avec Vidal Teixeira, directeur général du groupe Neotek.

Revue L?Eau, L?Industrie, Les Nuisances : Ou en est aujourd'hui le groupe Neotek-Ponsel ? Vidal Teixeira : Dès sa création, Neotek s'est lancé dans la commercialisation d'instruments et d'appareils de mesure dans le domaine de l'eau : préleveurs, échantillonneurs, débitmètres, appareils pour la mesure des paramètres physico-chimiques de l'eau, etc. Des matériels provenant pour l'essentiel de fournisseurs Français ou Américains. Cette activité a permis au groupe de se développer rapidement, notamment sur les marchés liés à l'analyse de l'eau. Mais depuis, beaucoup de chemin a été parcouru puisque nous sommes aujourd'hui à même de proposer, en plus de notre pôle services, 4 lignes de produits dont beaucoup sont fabriqués par nos soins : une gamme physico-chimie, une gamme prélèvement & débitmétrie, des enregistreurs & accessoires, et dernière née de notre offre, une gamme dédiée à la recherche de fuites. C?est dire que notre offre, qui couvre tout le cycle de l'eau du captage jusqu'au rejet, est aujourd'hui l'une des plus complètes du marché. E.I.N. : Comment se positionne aujourd'hui le groupe Neotek-Ponsel sur le marché ? V.T. : Neotek Ponsel s'est fixé pour objectif de devenir un acteur global en développant une gamme complète de solutions permettant aux exploitants de maîtriser toute la chaîne de mesure de l'eau. Cet objectif est aujourd'hui atteint. Un exploitant, dans le domaine de l'eau potable ou des eaux usées, peut trouver au sein de notre gamme de quoi couvrir la totalité de ses besoins, ce qui n?était pas tout à fait le cas il y a encore quelques mois. J?ajoute que ces besoins peuvent être satisfaits aussi bien par l'achat que par la location, dans la mesure où toute notre offre produits est également disponible en location. C?est, en termes de service, un « plus » important. E.I.N. : Justement, vous évoquiez également la constitution d'un pôle services ? V.T. : Absolument. Au delà de la constitution des 4 lignes de produits que j?évoquais tout à l'heure, nous avons regroupé sur une seule et même localisation, avec notre service R&D, l'ensemble des activités location et service-après vente, constituant ainsi un important pôle de compétences techniques. Le service après-vente est une pièce maitresse de notre activité services dans la mesure où, loin de nous contenter de ne prendre en charge que nos matériels, nous assurons également la maintenance et les réparations des marques concurrentes. E.I.N. : Vous disposez des compétences techniques requises pour le faire ? V.T. : Oui. Nos techniciens, pluridisciplinaires, maitrisent bien ces technologies. C?est un challenge important mais nous souhaitons pouvoir étendre notre concept d'offre globale aux services. C?est donc chose faite. E.I.N. : Vous vous positionnez donc désormais sur le marché en tant qu'acteur global sur l'ensemble de la chaine de mesure. Est-ce suffisant pour gagner des parts de marché ? V.T. : C?est nécessaire mais pas suffisant. D?où les importants efforts que nous déployons en ce moment dans le domaine de la conception et la fabrication. Neotek-Ponsel est devenu en l'espace de quelques années à peine fabricant dans des domaines dans lesquels nous étions précédemment distributeurs. L?enregistreur numérique multiparamètres LogTek en est un parfait exemple. Sa flexibilité permet la connexion de nombreux capteurs permettant de couvrir un large spectre d'applications en eau potable, eaux usées, eaux brutes etc' Autre exemple, WinTek, un outil entièrement développé par les équipes de Ponsel. Bien plus qu'un simple utilitaire, WinTek est une plateforme logicielle placée au c'ur de nos applications qui fédère l'ensemble de notre offre. Sa technologie plug & play lui permet de s'adapter à l'ensemble de la gamme existante et de s'adapter aux évolutions à venir. E.I.N. : Quelles évolutions prévoyez-vous en termes de développements produits ? V.T. : Lorsque nous avons décidé de renouveler entièrement la gamme Ponsel, nous avons opté pour les technologies numériques et optiques pour l'ensemble de nos capteurs. Cette décision s'est traduite par la sortie de plusieurs innovations dont la gamme Odeon qui nous permet aujourd'hui de proposer la technologie numérique pour les paramètres pH, redox, turbidité, conductivité et l'optique pour les paramètres turbidité et oxygène. Ces avancées nous placent au niveau des plus grands. Pour exploiter l'avance acquise, nous avons décidé d'orienter nos développements dans le domaine des capteurs. E.I.N. : Quels sont objectifs en matière de capteurs et à quelle échéance ? V.T. : Nous développons actuellement de nouveaux capteurs qui constitueront une rupture technologique par rapport à ce qui existe aujourd'hui. Un challenge considérable qui consiste à mettre sur le marché dans les deux ans qui viennent de nouveaux capteurs optiques pour des paramètres que je ne souhaite pas citer pour l'instant. Plus généralement, nous souhaitons investir l'avance technologique acquise dans la fabrication de capteurs à forte valeur ajoutée. E.I.N. : Qu'est-ce qui vous différencie vos capteurs de ceux d'autres fabricants ? V.T. : Quelque chose de fondamental : nos capteurs sont basés sur des systèmes ouverts et non propriétaires. Fidèles à notre logique d'acteur global, nous souhaitons que nos produits soient capables de communiquer très simplement avec tous les standards et protocoles en usage dans le monde de l'eau. C?est une vraie différence avec les systèmes propriétaires des grands acteurs du marché, car les exploitants ne sont pas contraints d'acquérir un terminal dont nos capteurs peuvent s'affranchir en se branchant sur n?importe quelle centrale d'acquisition. On évite ainsi aux exploitants la mise en place de toute une infrastructure onéreuse, lourde à installer et à maintenir. Propos recueillis par Vincent Johanet