Your browser does not support JavaScript!

Elaboré à partir des informations du référentiel 2009 de l'observatoire, ce premier panorama propose des repères sur l'organisation, la qualité et le prix des services d'eau et d'assainissement collectif. Il permet d'évaluer la qualité économique, technique, sociale et environnementale des services sur une base reconnue et partagée par tous les acteurs du secteur de l'eau.

Pour la première fois depuis son lancement en novembre 2009, l'observatoire des services publics d'eau et d'assainissement vient de présenter ses premiers résultats sur l'organisation, le mode de gestion, le prix et les performances des services publics d'eau et d'assainissement en France. Ce premier rapport dresse sur près de 84 pages plusieurs constats : 

- Une organisation très fragmentée matérialisée par 31.445 services publics d'eau et d'assainissement, avec une moyenne de 8 000 habitants desservis par service d'eau potable et 10 000 habitants par service d'assainissement, les 2/3 de la population étant desservis par des services intercommunaux ; 

- Un mode de gestion contrasté, la gestion directe étant prédominante en nombre de services, et la gestion déléguée étant prédominante en population, mais seulement pour l'eau potable ;

- Un prix des services de 3,62 €/m3 en moyenne, pour une consommation normalisée de 120 m3 par an, dont 1,90 € pour l'eau potable et 1,72 € pour l'assainissement collectif ; 

- Un niveau de connaissance des réseaux par les collectivités assez moyen, mais qui augmente avec la taille du service, sans doute parce que les services importants ont davantage de moyens à consacrer à la connaissance et à la gestion de leur patrimoine. Mesuré grâce à l'indice moyen de connaissance des réseaux noté sur 100, ce niveau de connaissance s'élève à 57 pour les services d'eau potable et à 56 pour les services d'assainissement collectif ; 

- Un rendement des réseaux de distribution d'eau de 76% en moyenne. Sans surprise, le rendement moyen des services ruraux est plus faible (75%) que celui des services urbains (79%). 

Par ailleurs, on observe des rendements plus élevés dans l'ouest de la France ce qui s'explique sans doute par le fait que l'eau brute provenant principalement de ressources superficielles dont le traitement est coûteux, la réduction des fuites est un impératif économique et environnemental. Ses taux, qui doivent être mis en perspective avec l'obligation pour les collectivités de réaliser un inventaire détaillé des réseaux avant fin 2013 puis d'améliorer le rendement de leur réseau pour atteindre un taux de 85%, permettent de mesurer l'ampleur de la tâche qui les attend. 

Autre enseignement, le taux de renouvellement moyen des réseaux sur les 5 dernières années correspond à 160 ans pour le réseau d'eau potable et 150 ans pour l'assainissement collectif. 

A noter enfin que l'observatoire propose de nouveaux outils d'aide au pilotage pour les collectivités locales et d'amélioration de la transparence pour les usagers (carte des prix de l'eau, application mobile permettant à chacun d'accéder aux indicateurs annuels des services en choisissant sa commune ou en se géo-localisant. 

Par ailleurs, les collectivités peuvent produire leur rapport sur le prix et la qualité du service (RPQS) à partir des données saisies dans la base de données de l'observatoire. Une carte interactive du prix des services est également disponible qui permet à l'internaute, en cliquant sur une carte de France, de visualiser par commune le prix de l'eau et de l'assainissement.

Le rapport est téléchargeable ici