Your browser does not support JavaScript!

L?Europe, garante de la qualité de notre environnement A l'heure où la question européenne bouscule le débat politique, où les passions liées à l'avenir institutionnel de l'Union commencent tout juste à s'apaiser, un sondage effectué dans chacun des 25 pays membres révèle toute l'importance que les citoyens européens accordent à la qualité de leur environnement. Près de 72% d'entre eux considèrent qu'un environnement sain est aussi important pour leur qualité de vie que la situation économique ou les facteurs sociaux. La pollution de l'eau (47%), la qualité de l'air (45%), les changements climatiques (45%) et les produits chimiques (35%), font partie des sujets environnementaux qui les préoccupent le plus. Ils sont près de 63% à privilégier la protection de l'environnement par rapport à la compétitivité économique (24%) et 88% d'entre eux estiment que les responsables politiques devraient tenir compte des problèmes environnementaux lorsqu'ils élaborent des mesures dans des domaines tels que l'économie ou l'emploi. Par rapport à la même enquête réalisée en 2002, le nombre de ceux qui estiment que c'est au niveau communautaire que s'impose la prise de décision en matière d'environnement, augmente sensiblement. Voilà qui pourrait mettre un peu de baume au c'ur des européens convaincus, si malmenés ces derniers temps' Il faut dire que s'il est un domaine dans lequel l'Europe joue un rôle moteur depuis une trentaine d'années, c'est bien celui de l'environnement. En moins de trois décennies, l'Union s'est dotée d'un corpus réglementaire parmi les plus complet et les plus rigoureux au monde qui a tiré l'ensemble des pays membres, y compris la France, vers le haut. Si bien qu'aujourd'hui, plus de 75% du droit français de l'environnement est d'origine européenne. La politique de l'eau elle-même, la plus ancienne des politiques environnementales européennes, s'inscrit aujourd'hui totalement dans ce contexte européen. Après s'être successivement préoccupée des usages puis de la réduction des pollutions de l'eau, c'est bien la mise en ?uvre d'une politique globale et intégrée que l'Europe nous propose, en fixant un objectif, l'atteinte d'un bon état écologique des eaux, un calendrier, 2015, et des outils. Pour la France, si souvent condamnée - à juste titre - pour manquements à ses obligations sur la qualité de l'eau, l'objectif ne sera pas facile à atteindre. Mais, même si nous ne nous sommes pas encore donné tous les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif, la course contre la montre est engagée et force est de constater que l'Europe joue désormais dans le domaine de l'eau un rôle structurant. Elle est, quel que soit son devenir institutionnel, garante de la qualité de notre environnement. Celui-là même auquel tant de citoyens européens accordent une si grande importance?