Your browser does not support JavaScript!

Les zones humides (marais, tourbières') ont reculé de 6 % en 15 ans, sur l'ensemble du globe. C?est ce qui ressort d'une étude menée par des chercheurs et publiée dans la revue Geophysical Research Letters. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont cartographié pour la première fois les zones humides et leur dynamique temporelle à l'échelle du globe entre 1993 et 2007. L?étude souligne le rôle de la pression démographique sur les cycles hydrologiques.

Marais, lagunes, marécages et tourbières sont des zones humides, c'est-à-dire des régions où l'eau est le principal facteur contrôlant le milieu naturel ainsi que la vie animale et végétale associée. Même si elles couvrent moins de 5% des terres émergées sur l'ensemble du globe, on sait désormais que ces zones jouent un rôle majeur dans les activités humaines, la biodiversité, le climat et le cycle de l'eau. Elles produisent un tiers du méthane atmosphérique, l'un des principaux gaz à effet de serre. De plus, ces régions influencent les échanges d'eau douce des continents vers la mer et modifient la météorologie locale en amplifiant l'évaporation. Mieux comprendre le fonctionnement des zones humides, leur variabilité et leur dynamique dans le temps s'avère indispensable pour évaluer les changements climatiques et pouvoir élaborer des recommandations en termes de gestion des ressources en eau. Mais caractériser leur distribution et quantifier leurs variations saisonnières et interannuelles sur toute la Terre est un défi qui n'avait jamais été relevé jusqu'à présent, tant ces zones sont diverses et disséminées sur la planète, des zones tropicales jusqu'aux régions arctiques. En combinant et analysant simultanément un très grand nombre d'observations issues de différents satellites, les chercheurs sont parvenus à élaborer la première cartographie des zones humides et de leur dynamique temporelle, à l'échelle du globe, sur 15 ans. Première conclusion : l'étendue des zones d'eau varie fortement au cours de l'année, mais aussi d'une année à l'autre, avec une forte modulation durant les épisodes El Niño. De plus, entre 1993 et 2007, les scientifiques ont constaté une diminution de 6 % de la superficie des zones humides. Cette diminution a surtout affecté les régions tropicales et subtropicales. Les plus fortes baisses se concentrent là où sont recensées les plus importantes augmentations de population durant les deux dernières décennies. L?étude suggère donc le rôle fondamental de la pression démographique à l'échelle du globe sur les cycles hydrologiques : cette pression interviendrait notamment par l'assèchement des marais pour l'urbanisation et par l'augmentation des prélèvements d'eau dans les zones humides.