Your browser does not support JavaScript!

Les scientifiques et les politiciens estiment d'un commun accord que ce siècle sera celui de l'eau rare, précieuse, convoitée et difficile à partager. Mais de quoi est-il question ? Il y a l'eau des ingénieurs et celle des poètes, l'eau des agriculteurs et celle des urbanistes, l'eau des stratèges et celle des pèlerins. Et cette eau revêt une infinité de formes, le nuage et le glacier, le fleuve et le canal, la source et l'égout, pour ne citer que quelques-unes de ces formes. Elle se prête à tous les usages, boisson, irrigation ou transport. Elle apparaît dans toutes les configurations, travail ou loisir, industrie ou commerce, guerre ou paix. Il y .a le miracle de l'eau qui vivifie les déserts, et la malédiction de la grêle ou de la crue. Elle est si diverse dans ses formes, ses usages et ses symboles qu'il serait impossible de réaliser un ouvrage traitant de la totalité de ses aspects, de ses usages et de ses problèmes. Du moins ceux-ci peuvent-ils être présentés sous la forme simplificatrice d'un dictionnaire qui assume les approches du scientifique, de l'ingénieur et du poète. On trouvera donc dans ce dictionnaire des entrées aussi diverses que H2O, Baptême, Eau virtuelle et Musique, sans oublier Archimède ou Claude Mollet. N'y aurait-il pas dans cette démarche un affreux mélange des genres ? Non, car l'eau fait rêver l'ingénieur et s'interroger le poète sur l'origine des choses, ce qui autorise un parcours de la métrique à la symbolique.

2012 - Format 16 x 21 cm - 334 pages - 34,50 -