Your browser does not support JavaScript!

Fait sans précédent en France, la dernière campagne d'une marque d'eau de source met directement en cause la qualité de l'eau du robinet.

Fait sans précédent en France, la dernière campagne d'une marque d'eau de source met directement en cause la qualité de l'eau du robinet. Avec sa toute dernière campagne de communication et son slogan « Qui prétend que l'eau du robinet a bon gout ne doit pas en boire souvent », la marque Cristaline affiche clairement la couleur. Il s'agit, ni plus ni moins de mettre en cause la qualité de l'eau du robinet. Et pour y parvenir, l'agence chargée de la conception de la campagne n?a pas fait dans la dentelle. Le slogan « je ne bois pas l'eau que j?utilise. Je choisis Cristaline » est illustré par une cuvette de toilettes. Cette campagne tente d'accréditer l'idée que l'eau du robinet n?est pas comparable à l'eau de source. Le problème est que d'un point de vue réglementaire cette assertion ne repose sur rien. La réglementation française distingue trois types d'eau destinés à la consommation humaine : l'eau du robinet, l'eau de source et l'eau minérale. Or l'eau du robinet et l'eau de source doivent répondre à un seul et même critère : être potable. Seule l'eau minérale est soumise à des contraintes supplémentaires garantes de propriétés particulières. C?est dire que Cristaline - une eau de source qui provient de 17 sources différentes en France et dont par conséquent la composition varie en fonction de l'endroit ou la bouteille est achetée - est soumise aux mêmes obligations que l'eau du robinet. Pour France Nature Environnement, « il faut rappeler que l'eau du robinet est tout à fait potable, qu'elle est contrôlée un grand nombre de fois avant d'arriver chez le consommateur et qu'elle coûte cinquante fois moins cher que l'eau de source que l'on trouve en magasin ». D?ailleurs, souligne la Fédération française des associations de défense de l'environnement, « l'eau de source n'a souvent pas de grande différence avec la plupart des eaux du robinet qui parfois proviennent des mêmes nappes (c'est le cas pour Cristaline dans la région de Saint-Nazaire). Pire, de nombreuses dérogations sont octroyées aux eaux de source embouteillées, lesquelles contiennent parfois de l'antimoine dû au PET constituant leur emballage, et les conditions ainsi que la durée de leur stockage avant consommation ont des incidences sur le contenu ». De son côté, Anne Le Strat, PDG d'Eau de Paris, a interpellé par courrier le ministre de la santé et la ministre de l'écologie et du développement durable : « Le message porté par cette campagne publicitaire crée la suspicion sur la potabilité de l'eau du robinet et nourrit la défiance à l'égard de celle-ci » écrit notamment Anne Le Strat. « Ces affiches laissent entendre que les autorités sanitaires laissent consommer une eau de mauvaise qualité voire dangereuse pour la santé des Français (?).Il me semble que vous avez l'autorité pour rassembler tous les acteurs du service public de l'eau afin de réaffirmer la bonne qualité de l'eau du robinet et de permettre aux consommateurs de disposer d'une information sincère sur la qualité de cette eau. Présentant ses v?ux à la presse, la ministre de l'Ecologie, Nelly Olin s'est déclarée « très en colère ». « Cette campagne est malhonnête » a estimé la ministre qui a laissé entendre qu'il pourrait y avoir des suites judiciaires à cette affaire. Cette campagne, qui intervient à un moment ou l'eau en bouteille enregistre une baisse de ses ventes de l'ordre de 2 à 3% par an, constitue également une réponse à la campagne organisée par le SEDIF il y a quelques mois qui avait valorisé les avantages de l'eau du robinet sur les eaux embouteillées : modicité du prix, respect de l'environnement, accessibilité pour tous, qualité sanitaire irréprochable. Reste que même si elle tend aujourd'hui à diminuer, la consommation d'eau en bouteille a doublé en 20 ans en France. Selon la 11ème édition du baromètre Sofres/C.I.Eau 63% des Français affirment boire régulièrement de l'eau du robinet contre 66% de l'eau en bouteille. Ils sont 53% à boire les deux types d'eau et ces buveurs mixtes déclarent boire 54% d'eau du robinet pour 46% d'eau en bouteille. Pourtant, 84% des Français font confiance à l'eau du robinet, 80% la trouvent sûre, 74% en sont satisfaits et 73% la trouvent bonne.