Your browser does not support JavaScript!

France Sans Tranchées Technologies (FSTT) organise à Chatou, les 2, 3 et 4 juin prochains, la 11ème édition du salon « Ville sans tranchée ». Les techniques sans tranchée offrent la possibilité d'effectuer des travaux de réseaux souterrains (eau, gaz, électricité, assainissement, fibre optique?) en minimisant les risques et les nuisances et en préservant l'environnement. Explications.

On appelle ?Sans tranchée?, les techniques qui permettent de construire des ouvrages neufs en souterrain ou de rénover ou encore remplacer des ouvrages existants sans que cela nécessite le creusement de tranchée. Ce domaine d'activité, qui couvre également les techniques de repérage ou de cartographie de ces réseaux, concerne indifféremment les domaines visitables ou non visitables. Les collectivités, ayant déjà fait l'expérience de cette pratique recensent de nombreuses bonnes raisons d'avoir recours aux techniques sans tranchée. Elles ne perturbent ni la circulation des piétons, ni celle des véhicules en centre-ville et, de ce fait, évitent le mécontentement des usagers pris dans les embouteillages. Pendant la réalisation de travaux, les véhicules de secours et les transports en commun peuvent continuer à circuler, la longueur et la largeur des voies de circulation étant préservées. Les techniques sans tranchée préservent par ailleurs le libre accès aux commerces et évitent ainsi les répercussions négatives sur le chiffre d'affaires, sachant que les collectivités peuvent être pénalisées lorsqu'elles infligent des pertes anormales à leurs commerçants. En réduisant la durée des chantiers et en divisant par dix le volume des déblais et donc leur transport, les techniques sans tranchée permettent également une réduction de 80% du bilan carbone. Quand on excave une tranchée, la quantité de terre produite est considérable au regard de la section de la canalisation ou du câble enfouis. Considéré par la réglementation comme un déchet, ce déblai doit être évacué vers un lieu de stockage temporaire, éventuellement transformé pour être réutilisé, puis expédié vers un nouveau chantier, ce qui représente un coût non négligeable. Les techniques sans tranchée ne créent pas de dégradations de chaussée qui sont inévitablement causées par des travaux de tranchée. Quelles que soient les précautions prises, les réparations qui s'ensuivent fragilisent les revêtements et réduisent leur durée de vie. Elles permettent également de préserver les matériaux dits nobles. En effet, lors de l'excavation d'une tranchée, le volume extrait doit être généralement remplacé par des matériaux de qualité, au coût élevé, et qui se raréfient. On évite ainsi un gaspillage de richesses. Les techniques sans tranchée offrent aussi plus de sécurité vis-à-vis des usagers et des ouvriers qu'une mise en ?uvre classique. En effet, malgré les dispositifs de sécurité et la surveillance des chantiers, les tranchées profondes présentent davantage de risques d'accidents de travail. On comptabilise plus d'une dizaine de morts par an dans les travaux de tranchées. Elles minimisent également la pollution de l'air par les poussières, les gaz d'échappement des engins de chantier ou des véhicules pris dans les embouteillages à cause de travaux en surface et permettent de diviser par dix les nuisances attachées aux procédés bruyants. Dans certains cas, les techniques sans tranchée évitent d'endommager la flore et la faune, et de polluer l'eau circulant vers les nappes phréatiques. Les rivières et les réserves naturelles sont particulièrement sensibles aux travaux de tranchées qui bouleversent l'équilibre du milieu. Autant de raisons qui inciteront ceux sont à la recherche de techniques douces et non invasives de se rendre au salon pour apprécier les avantages de ces technologies. Les exposants y présenteront les dernières innovations en matière de techniques, de matériels et d'outillage... Démonstrations, débats, ateliers, tables-rondes sont également au programme. http://fstt.soleis-web.com/