Your browser does not support JavaScript!

29 janvier 2010 Paru dans N°328
Ce livre, qui pourrait être classé à tort dans la catégorie « anticipation », n?entre pas dans la catégorie de ceux que nous présentons habituellement dans cette rubrique. Sa lecture est pourtant indispensable. Qu'on en juge. Les pluies continues qui se sont abattues sur le bassin de la Seine ont eu raison de tous les dispositifs destinés à prévenir une grande inondation dans la capitale. Plus d'électricité, plus de téléphone, plus de mails, plus de métro ni de RER. La paralysie a gagné le c'ur économique, administratif et politique du pays. Des milliers de personnes doivent être évacuées. Imaginez les rues de Paris transformées en canaux vénitiens. Des quartiers entiers baignant dans une eau limoneuse et glaciale. Pire qu'une grande grève, cette crue paralysera l'activité en profondeur et le coût économique d'un tel phénomène sera considérable. Paralysera et non paralyserait. Car cette crue, de fréquence centennale, va se reproduire, les experts sont formels, seule la date est inconnue. L?état d'urgence peut être déclaré à tout moment, mais personne ne peut en prédire la date exacte. Les 100 ans de la grande crue de 1910 sont l'occasion de faire le point sur les conséquences de cette catastrophe à venir. Car nous pouvons tenter de limiter les dégâts. Quelles actions les pouvoirs publics mènent-ils pour atténuer les risques ? Comment s'y préparer et sauver ce qui peut l'être ? Plans de prévention, projets audacieux des politiques et des ingénieurs : les initiatives ne manquent pas. Pascal Popelin est président des Grands lacs de Seine, réalisation qui figure parmi les plus spectaculaires. Au nombre de 4 (sur l'Aube, l'Yonne, la Marne et la Seine), ils permettent, en abaissant la ligne d'eau, d'atténuer l'effet d'une crue dans la capitale. La fonction « réservoir » des lacs garantit aussi la ressource en eau dans l'agglomération parisienne l'été. De plus, les équilibres écologiques sont préservés (le lac du Der accueille plus de 160 espèces d'oiseaux), et les activités de loisirs se développent (exploitation touristique et sportive des plans d'eau du lac Amance). Entre archives, anecdotes historiques, simulations et plans de prévention, Pascal Popelin, nous propose une plongée au c'ur d'une capitale inondée, avec un texte documenté qui contribue à faire prendre conscience du danger si souvent sous-estimé qui pèse sur la capitale et sa région. Malgré la construction de quatre barrages-réservoirs sur l'Aube, l'Yonne, la Marne et la Seine, il reste encore beaucoup à faire pour être prêts le jour où l'eau reviendra.

2009 - Format 13 x 21 cm - 220 p - 17,90 -