Your browser does not support JavaScript!

Entreprises

La Société Polynésienne des Eaux et de l'Assainissement teste les unités compactes UCD® de Degrémont

29 avril 2011 Paru dans N°341 ( mots)

Pour proposer une solution rapide et efficace aux communes polynésiennes qui connaissent des problèmes de qualité d'eau, la Société Polynésienne des Eaux et de l'Assainissement (SPEA), filiale de Lyonnaise des Eaux, a choisi de s'appuyer sur la gamme d'unités compactes UCD® de Degrémont.

La Polynésie française se compose de 118 îles, d'origine volcanique ou corallienne, dispersées sur 5 millions de km², soit une superficie équivalente à celle de l'Europe. Le territoire, qui compte environ 260 000 habitants, est composé de cinq archipels. Mais sur les 48 communes qui composent la Polynésie Française, seules 6 distribuent une eau de bonne qualité : Papeete, Arue, Bora Bora, Faa?a, Mahina et Papara. L'absence de traitement approprié, la vétusté des réseaux existants, la surconsommation dans certaines îles, l'étalement du territoire, la diversité des eaux à traiter, expliquent en grande partie la mauvaise qualité de l'eau distribuée. Or, si l'accès à l'eau potable est une nécessité et une priorité pour les archipels de Polynésie française, c'est également une obligation. Car les communes de la Polynésie française ont jusqu'au 31 décembre 2015 pour mettre en place un service de distribution d'eau potable aux normes sanitaires. Dans ce contexte, l'État et la Polynésie française ont inscrit l'adduction d'eau potable comme une des priorités du contrat de projets 2008-2013 afin d'aider les communes à mettre en place leurs réseaux. Mais les eaux de surface ne sont pas toujours faciles à traiter. C?est particulièrement vrai en Polynésie française, où l'on enregistre de forts épisodes pluvieux et où l'on constate une grande diversité des sols. L?intérêt de l'unité compacte UCD.® de Degrémont pour la Polynésie française réside dans sa capacité à s'auto-réguler en fonction de la qualité de l'eau à traiter. « Les unités compactes UCD® de Degrémont sont des stations complètes et autonomes de production d'eau potable qui répondent parfaitement à nos problématiques locales. Par leur simplicité d'installation et d'utilisation, d'une part. Mais aussi par leur capacité à s'auto-réguler » explique Brice Cabibel, Directeur Général de la SPEA. « Nous pouvons ainsi disposer d'une unité standard qui répond aussi bien à notre soucis concernant la diversité des eaux à traiter qu'aux rapides variations de leur qualité qui sont de véritables obstacles à la potabilisation de notre territoire. De plus, la large gamme de capacités de traitement permet d'alimenter en eau potable des zones isolées et peu peuplées avec des coûts d'installation raisonnables en fonction du nombre d'habitants desservis » poursuit-il. Prêtes à raccorder, les unités UCD sont des stations compactes de production d'eau potable par décantation lamellaire et filtration sur sable, à partir d'eau de surface plus ou moins chargée. Ces unités préfabriquées en atelier sont livrées sous forme d'un ou plusieurs skids permettant ainsi une mise en place rapide sur site. Inaugurée en novembre 2010 près de Papeete, l'unité pilote, d'une capacité de 5 m3/h, sera mise en oeuvre sur différents sites afin de démontrer son adéquation aux diverses situations rencontrées localement pour produire une eau potable de qualité, rapidement et durablement. Première destination : le site de Meau dans le village de Taiohae situé sur l'île de Nuku Hiva aux Marquises, où l'unité est actuellement testée. Elle est ensuite prévue à Ua Pou, Moorea et plusieurs autres communes.