Your browser does not support JavaScript!

L?eau distribuée en France en 2012 est globalement de bonne qualité microbiologique et physico-chimique. C?est ce qui ressort d'une synthèse publiée au mois d'octobre par le ministère de la santé. Des disparités géographiques subsistent néanmoins.

96,7 % de la population a été alimentée en 2012 par une eau de bonne qualité microbiologique. 99,1 % de la population a été desservie en permanence par de l'eau respectant la limite de qualité pour les nitrates et 95,5 % pour les pesticides. La population alimentée par une eau non conforme vis-à-vis des pesticides a diminué de 43 % depuis 2003 et de 16 % entre 2010 et 2012 pour les nitrates. Globalement, la qualité de l'eau distribuée s'améliore donc depuis les années 2000 : la part de la population alimentée par de l'eau non conforme pour les paramètres microbiologiques est passée de 8,8 % à 3,3 % en 2012. Ces chiffres ne traduisent pas une amélioration de la qualité de la ressource. Ils sont le fait de traitements plus poussés et d'interconnexions qui permettent de distribuer une eau conforme. Par ailleurs, cette proportion reste stable depuis 2009, et traduit « des difficultés à distribuer sur l'ensemble du territoire de l'eau en permanence conforme vis-à-vis des paramètres microbiologiques, en particulier en zone rurale dans les petites unités de distribution ». Enfin et bien qu'il n?existe pas de limite de qualité pour les résidus médicamenteux dans les eaux et que les réglementations ne prévoient pas pour l'instant de les rechercher, le ministère de la santé a lancé en 2009 une campagne de mesures de 45 substances pharmaceutiques représentant les principales classes pharmacologiques de médicaments. La stratégie de sélection des sites de prélèvements a permis de couvrir près d'un quart de la population. Pour environ 75 % des échantillons recueillis, quelle que soit leur origine, aucune de ces 45 molécules n?a été quantifiée. Pour les 25 % d'échantillons positifs, les analyses révèlent généralement la présence simultanée d'une à quatre molécules. Les molécules les plus fréquemment retrouvées sont la carbamazépine (anti-épileptique) et son principal métabolite ainsi que l'oxazépam (anxiolytique) qui est à la fois une molécule mère et un métabolite de la famille des benzodiazépines. Les concentrations trouvées dans les eaux du robinet sont 1.000 à 1 million de fois inférieures aux doses utilisées dans le cadre des doses thérapeutiques. Pour aller plus loin : http://sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_qualite_eau_du_robinet_2012_DGS.pdf