Your browser does not support JavaScript!

Face à la «crise mondiale de l'eau », la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) semble représenter «la » solution. Endossée par les principales banques et agences de développement ainsi que par des organisations internationales comme le Conseil mondial de l'eau, elle est proposée mondialement comme une composante primordiale du développement durable. Pour les auteurs de cet ouvrage, sa vocation universelle (validité des principes dans tous les contextes) et son caractère idéaliste (rigidité dans l'application des principes) ont cependant de quoi être critiqués, d'autant plus qu'ils estiment que la GIRE n'a pas été élaborée dans le but précis de résoudre les problèmes de sous-développement et qu'elle correspond plutôt à une prise de conscience occidentale de la surconsommation d'eau. Aussi, les auteurs de ce livre, plutôt que d'accepter d'emblée la GIRE comme meilleure pratique, proposent une réflexion critique sur celle-ci en analysant sa transposabilité à l'Afrique subsaharienne. En plus de proposer une étude d'ensemble de la GIRE, les auteurs s'attardent à décortiquer chacun des quatre grands principes de celle-ci (les principes de Dublin), puis présentent deux études de cas sur l'application de la GIRE sur les plans national et transfrontalier. L'expérience prouve que l'adéquation entre une réforme de l'eau proposée et son contexte socio-historique d'implantation est cruciale quant à ses chances de succès, d'où l'importance de continuer à débattre à propos de la GIRE.

2012 - Format 16 x 24 cm - 306 pages - 24 -