Your browser does not support JavaScript!

Transversalité, cycles de l’eau, autosurveillance, déraccordement urbain et industriel, nature en ville… figurent parmi les sujets d’un programme articulé autour de 6 ateliers, de 2 conférences plénières et d’un espace animé d’une trentaine d’exposants.

Qu’il s’agisse d’eau potable, d’eaux usées ou d’eaux pluviales, la réglementation n’a cessé d’évoluer ces dernières années. Les objectifs assignés aux acteurs des territoires sont de plus en plus ambitieux et difficiles à atteindre. L’arrêté du 21 juillet 2015 en est une illustration : la conformité des systèmes d’assainissement (réseaux et stations) se juge désormais également sur la gestion par temps de pluie.

L’atteinte des objectifs fixés à des coûts maîtrisés nécessite de modifier les politiques comme les organisations. La gestion intégrée des eaux pluviales implique de penser l’eau pluviale très en amont de tous les dossiers que les territoires voient naître et se concrétiser. Les techniques alternatives le permettent. L’eau est désormais au centre des projets. Sa place n’est plus celle d’espaces réservés mais plutôt celle d’une présence multiforme assortie de fonctions combinées pour les aménagements urbains. Mais pour atteindre les objectifs fixés, il ne suffit pas de gérer l’urbanisation nouvelle selon ces principes, il faut introduire de la transversalité à tous les niveaux.

Au niveau économique, les retours d’expériences montrent que les techniques alternatives sont des solutions de développement durable qui peuvent générer des économies sur les budgets d’assainissement. Le Forum national sur la gestion durable des eaux pluviales organisé par l'Adopta, la communauté d'agglomération du Douaisis, l'agence de l'eau Artois-Picardie, la ville de Douai, la communauté d'agglomération Hénin-Carvin et Noréade, fait partie des évènements qui permettent de poser les jalons d’une nouvelle politique en matière d’eaux pluviales.

Renseignements complémentaires :  http://adopta.fr/6eme-forum-ep/