Your browser does not support JavaScript!

Sur la planète bleue, l'eau dévale des montagnes, court dans les vallées, chahute dans les océans et déferle sur nos côtes, déployant une énergie formidable. Grâce à la technologie, les hommes savent aujourd'hui utiliser une petite part de cette force, à l'aide de dispositifs parfois étonnants. Captée à l'aval d'un barrage, puisée au fil des courants ou au c'ur de la houle, l'énergie de l'eau se transforme alors en électricité. Il y a bien sûr les centrales hydrauliques classiques, qui se déclinent des grands barrages aux microcentrales individuelles, mais c'est du côté des énergies marines que l'ingéniosité fait aujourd'hui des miracles. Hélices sous-marines, serpents de mer qui ondulent au gré de la houle, éoliennes offshore ou encore carburants produits à partir d'algues, les projets éclosent un peu partout sur tes océans du monde entier. Ces kilowattheures issus de l'énergie de l'eau sont amenés à occuper une place croissante dans notre paysage énergétique. Mais, comme pour toute intervention de l'homme sur la nature, il convient d'être prudent. Le Grenelle de la mer a pointé les enjeux de ce nouveau mode d'utilisation des océans. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, pour sa part, suit de près les progrès technologiques et s'attache à dessiner un potentiel national, en tenant compte de toutes les contraintes. Renouvelable mais ô combien fragile, cette précieuse ressource doit être exploitée dans le respect de l'environnement et des écosystèmes naturels. Il s'agit de veiller à ne pas perturber le cycle de l'eau mais de s'inviter sur son chemin et de profiter, çà et là, de la puissance de son flux.

2009 - Format 26 x 29 cm - 117 p - 30 -