Your browser does not support JavaScript!

Trois ans après une première livraison, KSB vient de décrocher une nouvelle commande portant sur l'extension de la station de pompage de Méckhé, à 100 km de Dakar, au Sénégal.

Cette commande, d'une valeur d'environ 3 M?, comprend la livraison d'un groupe motopompe complet, d'un variateur de fréquences, du transformateur correspondant, de la technique d'automatisation ainsi que de divers robinets. Une étude hydraulique en fait également partie. La pompe à vitesse variable, de la gamme RDLO, sera entraînée par un moteur haute tension (3 300 V) d'une puissance de 2 228 kW, travaillant entre 950 et 1 450 tours par minute. Étant donné l'environnement sablonneux et des vents pouvant atteindre 180 km/h, ce moteur électrique est équipé d'un système de refroidissement par eau. La pompe est dotée d'une hydraulique de conception nouvelle qui, à plein débit, assure une hauteur manométrique de 236 mètres. KSB a déjà réalisé en 2006 la première tranche du projet. Méckhé est une station de pompage construite en « système fermé », c'est-à-dire que la station de pompage intermédiaire est directement intégrée dans le pipeline. De ce fait, il n?y a pas besoin de réservoirs tampons, ce qui réduit les coûts d'investissement, ainsi que des frais de maintenance importants. En revanche, l'automatisation et la surveillance de l'installation sont très exigeantes. Les systèmes anti-bélier sont aussi plus complexes. C?est pourquoi une technique de régulation a été développée spécialement pour la station. Elle assure l'accélération ou la décélération des quelque 200 000 tonnes d'eau dans le pipeline afin d'éviter toutes dépressions ou surpressions. Actuellement, le débit nominal de la station de surpression avoisine les 190 000 m3 par jour. Une fois réalisés les travaux de la deuxième tranche, la capacité de l'installation devrait atteindre 260 000 m3 par jour. La capitale du Sénégal, Dakar, compte aujourd'hui plus de 3 millions d'habitants. Ces dernières années, les besoins en eau n?ont cessé d'augmenter en raison de la croissance démographique de la ville. Outre des puits situés près de la ville, l'alimentation en eau s'effectue à partir de deux conduites, longues de 240 kilomètres, qui sont alimentées par les eaux du fleuve Sénégal et du lac de Guiers. Les travaux de la deuxième tranche devraient s'achever au printemps 2011.