Your browser does not support JavaScript!

Kisters vient d'enrichir son logiciel Wiski d'une composante permettant de recueillir et de traiter, en plus des valeurs hydrologiques classiques, des données d'échantillonnage et des informations chimiques et physiques relatives à la qualité de l'eau. L?outil qui repose sur base de données unique, devient ainsi capable de fournir une image à la fois quantitative et qualitative d'une masse d'eau.

Wiski, abréviation de ?'Water Information Management System Kisters'', est un produit de référence dans le domaine de l'hydrologie. Il est composé des solutions logicielles appliquées à la totalité du processus de gestion des données, de l'acquisition par télémétrie jusqu'à l'émission des rapports. WiskI repose sur architecture client-serveur fonctionnant avec la plupart des bases de données relationnelles. A la fois flexible, extensible et ergonomique, cette solution, qui repose sur Windows, s'adapte bien aux besoins des utilisateurs. Mais avec l'extension de l'outil vers la collecte, l'administration et l'évaluation de données relatives à la qualité de l'eau, l'application élargit notablement son champ d'action. L?affectation de données telles que la concentration en polluants, la présence de bactéries, la teneur en oxygène dissous ou encore le pH à des données hydrologiques et météorologiques enregistrées en continu telles que le niveau, le débit, la température ou le volume des précipitations, constitue une avancée importante. Les caractéristiques quantitatives et qualitatives des eaux de surface ou souterraines pourraient ainsi être considérées de façon globale, ce qui ouvre la voie à la création d'indicateurs précieux. Certes, les valeurs hydrologiques sont consignées en continu, tandis que les paramètres chimiques relatifs à la qualité de l'eau prélevée dans les échantillons sont traités après analyse en laboratoire, et donc insérés en différé dans la gestion du systèmes de données. Mais malgré ce décalage temporel, le module proposé par Kisters est capable de réintégrer et classer les résultats des échantillons analysés, les valeurs hydrologiques, de valider les données automatisées et d'établir les corrélations correspondantes. Wiski offre donc désormais aux gestionnaires décentralisés ou exploitant des services séparés pour l'hydrologie et la qualité de l'eau, de gérer et d'évaluer les données qualitatives et quantitatives sous la forme d'une application tournant sur une base de données unique. Avec l'ajout du composant KiECO, le logiciel peut, si nécessaire, être étendu à plusieurs autres représentations écologiques. L'analyse de l'eau peut ainsi être complétée par des données biologiques ou des études de sols. La classification de la flore et de la faune rencontrées repose sur un système taxinomique.