Your browser does not support JavaScript!

Lors de la journée mondiale de l'eau, le ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du développement durable et de l'Aménagement du territoire a incité les collectivités à travailler le rendement de leur réseau avant de chercher à mobiliser de nouvelles ressources.

En déplacement à Nancy à l'occasion de la journée mondiale de l'eau, Jean-Louis Borloo a appelé l'ensemble des collectivités à « engager très vite des diagnostics de leurs réseaux pour identifier les secteurs fuyards et établir un programme de travaux pour y remédier ». Il s'agit pour le ministre de généraliser les inventaires du patrimoine à la base de toute stratégie d'entretien et de renouvellement des réseaux en vue de réduire les pertes. « Nous allons l'intégrer dans la loi Grenelle » a précisé le ministre qui souhaite étendre à l'ensemble des communes l'obligation de publier les taux de fuites et le rendement des réseaux et conditionner les aides des agences pour la création de ressources à des valeurs minimales de rendement des réseaux d'eau et/ou de valeurs maximales des indices linéaires de perte. « Avant de chercher à mobiliser de nouvelles ressources, il faut utiliser de la façon la plus efficace possible l'eau disponible et éviter les gaspillages » a indiqué Jean-Louis Borloo. « Un réseau bien entretenu peut atteindre un taux de fuite de 15% ». Le ministre souhaite également inciter à l'intercommunalité, nombre de collectivités isolées n?ayant pas la taille critique pour faire face financièrement aux travaux de renouvellement imposés par le vieillissement de leur réseau. Près de 13 000 syndicats d'eau ou d'assainissement desservent moins de 3 000 habitants. « On a donc devant nous d'une part la bataille de l'eau potable et d'autre part la bataille des eaux usées à gagner ! » a rappelé Jean-Louis Borloo, ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du développement durable et de l'Aménagement du territoire. S?agissant des eaux usées, le ministre a indiqué que 100% des stations étaient maintenant engagées dans un processus de mise aux normes. Rappelons qu'en septembre 2007, 146 stations parmi les plus importantes n?étaient pas conformes. Depuis, 57 stations se sont mises en conformité. La totalité des 88 stations restantes auraient toutes contractualisé avec les agences de l'eau avec un planning précis de réalisation de travaux et un montage financier. « D?ici fin 2010, on atteindra 98% de conformité de notre parc de stations d'épuration et 100% avant fin 2011 » a précisé le ministre.