Your browser does not support JavaScript!

Topocenter propose à la vente ou à la location aux professionnels du BTP des systèmes pour la topographie, la cartographie, le positionnement et la mesure sur chantiers. L?entreprise se place parmi les majors du secteur, notamment grâce à la qualité des matériels conçus et fabriqués par des équipementiers aussi prestigieux que Leica par exemple.

Filiale du groupe Suédois Hexagon spécialisé dans la mesure industrielle, Topocenter propose depuis près de 25 ans à la vente ou à la location tout un ensemble d'instruments et de matériels (au total plus d'un millier de références) pour la construction et la topographie. Bureaux d'études, géomètres, topographes, architectes, entreprises de BTP, tous sont confrontés à des contraintes de mesures sur chantiers nécessitant des outils de haute précision. Dans le domaine du bâtiment comme dans celui des travaux publics, les implantations, nivellements ou terrassements nécessitent des matériels très spécifiques tels que niveaux optiques, lasers rotatifs ou tachéomètres. Il en va de même en matière de voirie VRD où l'implantation de réseaux et de canalisations nécessite le recours à des instruments qui apportent précision et rapidité tout en minimisant les risques d'erreurs et/ou de détérioration. En voirie VRD, Topocenter propose par exemple un ensemble de solutions dédiées à la détection avant travaux, un domaine dans lequel la France est en retard par rapport à ses voisins. La détection avant travaux : la France en retard Serge Dégérine est animateur de réseau chez Topocenter. Il explique : « En France, il n?existe pas l'heure actuelle de disposition légale obligeant les maitres d'?uvre à pratiquer la détection de manière systématique. Ceux-ci travaillent donc le plus souvent sur documents plutôt que sur la réalité du terrain. Si ces documents ou si le système d'information géographique mis en place par la collectivité correspond très exactement à la réalité du terrain, les risques de casse, voire d'interruption de service seront mineurs. Par contre, la moindre omission ou imprécision peut être fatale à des ouvrages existants voire même mettre en cause la sécurité des personnels lorsqu'il s'agit de canalisations de gaz par exemple ». La détection permet donc, avant même le début des travaux, de vérifier que tous les réseaux se situent bien là ou ils sont censés se trouver. Dans certains pays d'Europe (Espagne, Grande Bretagne, Belgique, Allemagne?) la détection relève d'une obligation légale au même titre qu'un permis de construire. En France, certains acteurs majeurs devancent l'uniformisation des législations européennes et mettent déjà en place des procédures et systématisent la détection avant travaux. Bon nombre des outils proposés par Topocenter visent à développer ces pratiques d'anticipation des risques : « Les détecteurs de câbles et de canalisations et les localisateurs éventuellement couplés à un GPS permettent aujourd'hui de détecter dans le sous-sol tout ce qui s'apparente à des conduites de gaz, de téléphone, d'eau ou d'électricité ». D'une façon générale, les instruments proposés sont simples à mettre en ?uvre par du personnel de chantier de qualification modeste. En outre, l'appareillage pour la mise en ?uvre de ces procédés de détection est robuste et fiable et son coût reste largement inférieur à l'investissement que nécessiterait la mise à jour par fouille des canalisations ou de leur grillage avertisseur pour s'assurer de leur présence. « Plusieurs procédés peuvent être utilisés pour réaliser la détection de canalisations enterrées, explique Serge Dégérine. Un premier procédé consiste à "visualiser" une canalisation enterrée par méthode électromagnétique ou à l'aide d'un radar de sous-sol. Mais d'autres outils permettent de détecter les canalisations dont le revêtement n?est pas conducteur : PVC, PRV, Polypropylène, etc' ». En ce cas, c'est la détection des vides qui permettra de détecter la présence de ces conduites. Un nouveau passage à la fin du chantier, après terrassement, permettra de mener à bien le plan de récolement qui centralise toutes les indications décrivant l'ensemble des parties constituant l'ouvrage et permettant de les localiser afin d'en assurer la maintenance, et d'apporter toutes les modifications nécessaires a leur bon fonctionnement ou à leur bonne utilisation. Pour Serge Dégérine, l'évolution technologique, par la mise en ?uvre d'outils dédiés au Système d'Information Géographique intégrant des bases de données "métiers" et les nouvelles méthodologies engendrées par le développement de ces outils vont jouer un rôle prépondérant dans les années à venir. « Le développement des bases de données métiers va faciliter la réalisation de nouvelles applications "géomatiques", c'est à dire des applications informatiques portant sur des données graphiques géo-référencées, répondant aux actions quotidiennes des gestionnaires de réseaux comme les interventions d'urgence, l'élaboration de programmes de rénovation ou d'entretien etc. ». Mais l'instrumentation proposée par Topocenter ne se limite pas à ce type d'applications. Les sondes lumineuses permettent de mesurer les évolutions des nappes phréatiques, les caméras et robots d'inspection d'expertiser les canalisations non visitables, les outils de guidage et lasers permettent quant à eux de gagner en rapidité comme en précision : « Les premiers contribuent à positionner précisément les canalisations dans l'espace tandis que les seconds permettent de régler la pente » souligne Serge Dégérine. Autant d'instruments qui accélèrent et fiabilisent les travaux. Mais dont l'usage doit être optimisé. Acheter ou louer ? Le choix de l'une ou l'autre de ces solutions dépend de nombreux paramètres propres à chaque application, à chaque chantier et au profil de chaque intervenant. Les critères à prendre en compte sont nombreux : coût de possession de l'instrument, degré d'utilisation, mobilité, temps d'obsolescence, etc' Pourtant, plusieurs facteurs expliquent le développement soutenu de la location que l'on peut observer ces dernières années. Les instruments, de plus en plus sophistiqués, deviennent aussi plus coûteux et demandent une durée d'amortissement plus longue, sans parler de la maintenance, de la vérification et du contrôle. Pour être rentabilisés, ils doivent être utilisés fréquemment. « Si la durée d'utilisation d'un matériel est inférieure à 6 mois dans l'année, la location est bien souvent préférable » estime ainsi Serge Dégérine. Outre l'absence d'investissement, la location confère une souplesse temporelle mais aussi géographique. Elle donne la certitude de toujours disposer du matériel le plus récent, le plus performant, révisé et avec son attestation de contrôle, ce qui est essentiel. Chacun des 21 magasins Topocenter dispose donc d'un parc d'appareils en location et de techniciens de maintenance permettant de faire face dans des délais très brefs à la plupart des cas de figure. Des matériels de dernière génération qui répondent aux besoins exprimés des clients : précision, simplicité d'emploi et, optimisation des coûts oblige, susceptibles d'être mis en ?uvre par un nombre minimal d'opérateurs. Dans le domaine de l'eau potable, ce sont les demandes concernant les applications liées à la détection des fuites qui sont les plus nombreuses : écoute au sol, prélocalisation, corrélation acoustique, etc. Topocenter anticipe les évolutions et les exigences du marché pour proposer les meilleures solutions dans ce domaine à ses clients.