Your browser does not support JavaScript!

Transformer la force du courant du Rhin au fil de l'eau, sans retenue ni dérivation, en énergie électrique puis l'acheminer vers le réseau c'est le challenge que s'est fixé KSB en mettant en service deux turbines hydroélectriques près de St Goar, en Allemagne.

Si les deux prototypes affichent des résultats positifs, KSB entend passer ensuite à l'exploitation commerciale de ce nouveau générateur d'électricité. « Nous croyons en une alimentation en énergie alliant rentabilité, sécurité des approvisionnements et respect du milieu naturel », explique Dieter-Heinz Hellmann, membre du Directoire de KSB AG. Avec le développement de la turbine hydroélectrique, KSB ouvre une nouvelle voie pour la production d'énergie propre et répondant à la charge de base dans le secteur de la « petite énergie hydraulique ». Le projet est parrainé par le Ministère de l'environnement, des forêts et de la protection des consommateurs de la Région de Rhénanie-Palatinat. La ministre de l'environnement, Margit Conrad, s'est rendue à Frankenthal, le siège de KSB, pour la cérémonie de mise en service et a donné le signal de départ pour l'alimentation du réseau en courant, opération commandée et contrôlée à partir du site de KSB. Elle a salué la mise en place de cette installation pilote, dont la production d'électricité est sans incidence sur le climat et respectueuse de l'environnement. Ces turbines constituent une nouvelle étape dans la capacité de KSB à innover pour les besoins du marché. Selon la ministre, «l'installation pilote montre qu'il est possible, grâce à des technologies modernes, de tirer parti des cours d'eau de manière efficace sans danger pour la faune et sans entraver la navigation fluviale». Après l'énergie éolienne, l'hydro-électricité est la principale énergie renouvelable exploitée en Allemagne. Son potentiel, qui avoisinerait les 6,8 TWh par an, pourrait être exploité sans endiguements latéraux, donc sans porter atteinte à la topographie naturelle des sites. Le législateur allemand soutient les installations d'une puissance inférieure à 500 kW par une rémunération de 12,67 centimes par KWh injecté dans le réseau. Selon KSB, la « petite hydro-électricité dispose également de potentiels de développement importnats à l'étranger, notamment en Chine, en Inde et en Russie où l'électrification des régions rurales requiert des solutions innovantes. L'énergie hydraulique représente 19% de la production totale d'électricité dans le monde et 13% en France.