Your browser does not support JavaScript!

HOBAS a été choisi par EDF pour fournir le système de canalisations du circuit de refroidissement principal de la future centrale à Cycle Combiné Gaz de Bouchain, dans le Nord. Les 600 mètres de tuyaux en PRV centrifugé fabriqués sur-mesure par HOBAS constituent l'une des pièces maîtresses du système de refroidissement de la future centrale d'EDF.

Troisième plus grand chantier industriel après celui de Flamanville et le terminal méthanier de Dunkerque, le chantier de la centrale thermique de Bouchain, porté par EDF et General Electric Energy, doit permettre de remplacer dès 2015, sur le même site, la centrale à charbon qui cessera de fonctionner après quarante-cinq ans de bons et loyaux services. La construction d'une nouvelle unité de production à Cycle Combiné Gaz (CCG) de 575 MW permettra d'alimenter l'équivalent de 680.000 foyers français en électricité. Cette nouvelle technologie permettra d'atteindre une puissance maximale en moins de 30 minutes avec un rendement de 61%. Plus flexible et plus performant que les technologies traditionnelles, ce CCG dernière génération permettra de répondre aux fluctuations croissantes des besoins de production, dans un contexte où les énergies renouvelables, par définition intermittentes, occupent une place croissante au sein du système énergétique français. Sur ce chantier hors normes, HOBAS va fournir 600 mètres de canalisations en PRV centrifugé, un matériau adapté aux contraintes de mise en ?uvre mais aussi d'exploitation de la centrale. A la mi-juillet, les deux conduites parallèles déjà installées étaient arrivées à une centaine de mètres de la tour réfrigérante, le seul élément de l'ancienne centrale qui doit subsister. Une étape cruciale dans le déroulement du chantier, dans la mesure ou la conduite sud se divise à cet endroit en deux diamètres 1400 mm. Pour faire face à cette difficulté, HOBAS, fabricant bien connu de tubes en PRV centrifugé, a dû concevoir une pièce spéciale en « Y » de diamètre 2200/1400 mm. «C?est une première pour nous en Europe, explique Etienne Pierrot, ingénieur d'affaires chez HOBAS France. Cette pièce permettra de rassembler le flux transitant dans deux conduites de diamètre 1 400 en aval des pompes, avant de se déverser dans le réseau diamètre 2200. Ceci avec une résistance à la pression de 6 bar. Ce tube en « Y » a fait l'objet d'un design spécifique et a été fabriqué à l'aide d'un moule réalisé sur mesure pour l'occasion. Il intègre un revêtement intérieur capable de résister aux spécificités de l'effluent, notamment au traitement au brome ou à l'hypochlorite de sodium. Le liner, couche intérieure en résine, garantit la pérennité de l'ouvrage dans le temps». Autre avantage de cette pièce spéciale en « Y », elle diminue considérablement les pertes de charges, en comparaison avec une connexion de type Té. Le tube et ses accessoires techniques ont été fabriqués en tenant compte du plan de pose établi par Montaron, la filiale de Colas chargée de poser les tuyaux fabriqués par HOBAS. Les deux conduites principales du circuit de refroidissement de la Centrale de Bouchain relient la tour aéro-réfrigérante au « bloc Usine », le point névralgique de la nouvelle unité de production au sein duquel se trouvent les turbines à combustion et à vapeur. Elles constituent le réseau d'amenée et de rejet d'eau du circuit fermé de refroidissement. Elles sont constituées de tubes en PRV assemblés bout à bout, à six mètres de profondeur. Sur les 600 mètres de tubes à fournir, il ne restait à la mi-juillet que 100 mètres à poser environ. L?ensemble du réseau de refroidissement n?est pas souterrain. A un peu plus d'une centaine de mètres de la tour, la conduite qui se trouve côté sud sort de terre. Le bassin de pompage en béton qui récupère l'eau refroidie par la tour avant de l'envoyer dans le réseau est implanté à cet endroit. Une canalisation aérienne en acier posée sur des passerelles devra être raccordée aux coudes verticaux de HOBAS par l'intermédiaire de brides. « Cette partie du réseau doit être aérienne pour que le débit obtenu soit compatible avec la sortie verticale des deux pompes », indique Florent Valvekens, ingénieur chez Montaron. Après la fabrication et la pose des coudes, cette jonction est sans doute l'une des plus délicate. « Nous devons composer avec des tolérances très faibles, de l'ordre de 4 mm sur les deux interfaces, indique Florent Valvekens. Cela nécessite une attention de tous les instants car un décalage supérieur à un centimètre imposerait la reprise de toute l'interface entre les tubes en PRV et les tuyaux aériens en acier. » La réussite de cette jonction spécifique n?est pas seule difficulté du chantier sur lequel tout est quasiment conçu sur-mesure. Il faudra ensuite raccorder le bassin de pompage à la tour. Pour ceci, HOBAS a prévu de fabriquer une trentaine de mètres de tubes et de pièces spécifiques. « Nous devons nous adapter impérativement à l'existant », indique Etienne Pierrot. « L?existant », c'est un tuyau qui relie la tour au réseau et auquel devront se raccorder les tubes actuellement en fabrication à Neubrandenburg, au nord de Berlin, sur le site de production de HOBAS. Quelques surprises attendaient les ingénieurs de HOBAS et de Montaron lorsqu'ils se sont attachés à analyser les caractéristiques techniques de l'existant. « Ce tuyau qui sort de la tour est en béton à âme tôle, alors que nous arrivons avec un tuyau en PRV. Il faudra donc prendre en compte cette interface», explique Etienne Pierrot. D?autres particularités ont nécessité de solides capacités d'adaptation. «Nous posons des tubes de diamètre nominal de 2 200, alors que le tube de la tour a un diamètre d'environ 2 350, ajoute Florent Valvekens. Des adaptations, en matière de diamètres mais aussi d'axes de pose, devront donc être réalisées. » Elles concernent aussi bien la conduite de renvoi d'eau réfrigérée que la conduite « nord » d'amenée d'eau chaude. La réalisation de ces deux raccordements, qui doit intervenir à la fin de l'année, marquera la fin d'un chantier qui aura permis au PRV centrifugé d'apporter la preuve de ses nombreuses qualités. Bonaventure Djamie