Your browser does not support JavaScript!

15 ans après la présentation de sa série 300, Georg Fisher affiche de grandes ambitions en présentant une nouvelle génération de vannes à membranes, la série 500, qui constitue par rapport aux séries précédentes, mais aussi par rapport aux vannes actuellement présentes sur le marché, un saut technologique important. Explications.

Plus sûre, plus simple et plus efficace : telles sont, brièvement résumées, les qualités de la nouvelle génération de vannes à membranes que vient de présenter Georg Fischer à l'occasion de Road Show qui se sont successivement tenus à Paris, Lyon et Toulouse. Car loin d'être un simple rhabillage, les vannes de cette nouvelle série 500 sont porteuses de réelles avancées technologiques. La première permet de mettre fin aux phénomènes de corrosion et aux problèmes récurrents de desserrage des vis qui avaient tendance à affecter périodiquement les vannes traditionnelles. Les 4 vis classiques en métal qui assuraient la liaison entre le capot et le corps de la vanne disparaissent et font place à un écrou central en plastique. « Ce mode de connexion supprime tout risque de corrosion, assure une dilatation homogène de la vanne en cas d'exposition à des variations de températures et supprime totalement le besoin de resserrer périodiquement les vis » assure Frédéric Lesceau, Directeur Commercial et Marketing chez Georg Fischer France. Autre avantage de ce nouveau mode connexion qui ne nécessite aucun outil de serrage particulier, une pression uniforme des surfaces et un couple de service pouvant aller jusqu'à 16 bar. « Il s'agit de la première vanne à membrane en plastique qui tient jusqu'à 16 bar contre 10 bar jusqu'à présent » souligne Frédéric Lesceau. Le côté simplicité de cette nouvelle génération de robinets à membrane se traduit par plusieurs spécificités assez innovantes : un volant de commande qui se man?uvre de la position ouverte à la position fermée en un tour de main, doté dès la version de base d'un système verrouillable et d'un indicateur de position à deux couleurs indiquant la position de la membrane. Autre point important, souligne Frédéric Lesceau, « Toutes les dimensions d'installation de l'ancien modèle demeurent inchangées ce qui rends cette nouvelle série totalement compatible avec l'ancienne et par conséquent facilement et rapidement intégrable au sein des installations ». Cette nouvelle génération apporte également de substantielles améliorations au niveau de son débit. Une géométrie de débit optimisée du corps du robinet permet rien moins que de doubler les débits en comparaison avec les robinets à membrane classique. « Le déversoir des robinets a été rapproché de la paroi du tuyau. La zone morte a été réduite à un minimum absolu offrant ainsi en même temps une hygiène maximum » explique Philippe Doucet, chef des ventes industrie chez Georg Fischer. Disponibles en versions manuelles ou automatiques (gamme Diastar), ces vannes sont d'ores et déjà disponibles dans une large gamme de matériaux (PVC-U, PVC-C, ABS, PP-H, PP-N et PVDF) avec des membranes en EPDM, PTFE, FPM et NBR et ceci à un prix inchangé par rapport à l'ancienne série.