Your browser does not support JavaScript!

KSB, qui célèbre cette année le 30ième anniversaire de son Training Center, tente de faire évoluer son système de formation vers le modèle Blended Learning, un concept qui associe formation à distance et formation en "présentiel".

Former, ce n'est pas son c'ur de métier. Pourtant, quand KSB s'engage dans la formation technique, elle affirme aussi faire de " l'innovation " et de " l'expertise ". De la formation qui ne serait pas destinée à apprendre aux clients l'utilisation des produits du fabricant de pompes et de robinetterie comme on pourrait le penser. " C'est de la formation continue qui porte sur des savoirs généraux et fondamentaux en hydraulique, c'est-à-dire les lois des fluides, des savoirs en technique, en mécanique et en maintenance, indique Michel Oddoux, Responsable Communication et Training Center au siège du groupe à Gennevilliers, en région parisienne. Nous ne faisons pas de marketing ni de publicité autour de nos produits au cours de nos formations. Les lois de l'hydraulique et les techniques de maintenance sont valables pour tout type de pompe ou de robinet quelle que soit la marque. Par exemple, nous fabriquons presque tous les types de robinet (robinet à opercule, robinet à papillon, robinet guillotine etc.). Mais nous ne fabriquons pas de robinet à boule. Ce qui n?empêche pas, au cours de nos formations, d'expliquer comment est fait un robinet à boule et comment il fonctionne. " Et, sur cet axe de la formation, le fabricant gennevillois inaugure une nouveauté : la formation mixte ou le Blended Learning. Un modèle qui allie formation à distance (e-learning) et formation en " présentiel ". Une façon pour KSB de " mieux prendre en compte les besoins de l'apprenant et les impératifs de l'entreprise de ce dernier ". Gagner en efficacité, en prix et en temps passé Depuis une trentaine d'années, les sessions de formation de KSB se déroulent pour partie chez ses clients et pour partie dans ses Training Center, les centres de formation du fabricant. " Nous avons remarqué que nos clients ont de moins en moins de temps et de disponibilité pour venir chez nous. Nous avons pensé qu'une façon d'aller chez nos clients de façon plus efficace, c'est d'y aller par informatique, c'est-à-dire via des cours en ligne. C'est la partie e-learning. C'est l'apprentissage par Internet avec un certain nombre de modules où le stagiaire apprend lui-même tout seul devant son écran." Du e-learning où l'apprenant acquiert des savoirs théoriques. " Mais comme nous sommes dans un secteur très technique, nous refusons d'en rester au e-learning. Nous proposons des cours en présentiel plus opérationnels, avec des exercices de calcul, de montage et de démontage de pompe ou de robinet, des exercices de mise en service, des exercices de réparation etc." Des cours pratiques qui complètent des modules en ligne, les derniers destinés à " faire gagner en efficacité " avec les premiers. Premier avantage du Blended Learning dont on fait grand cas chez KSB : le gain de temps d'environ 50%. " La formation en présentiel dans le Blended Learning ne dure plus qu'un jour à un jour et demi au lieu de deux jours à trois jours. Parce qu'en présentiel, nous n'avons plus besoin de dispenser le savoir acquis en e-learning ", fait-on savoir chez le fabricant. KSB estime également qu'avec le Blended Learning, le client gagne sur sa facture : baisse d'environ 20% du coût de la formation. " Ces 20% de réduction c'est sur le prix catalogue. Cela dit, un client voit plus loin. Il n'y a pas que le prix d'achat de la formation. Il y a les frais de déplacement pour aller au stage et le coût pour vivre sur place. Par conséquent, il y a aussi de l'argent gagné sur la réduction du temps de formation. " Une demande qui reste soutenue A ce jour, quatre de la trentaine de modules de formation de KSB sont lancés en Blended Learning : les fondamentaux du pompage, l'initiation aux pompes, l'initiation à la robinetterie, la sélection des pompes. On n'exclut pas de migrer progressivement la majeure partie de l'offre sur le modèle mixte. " Mais il y a des modules de formation de maintenance très manuels qui ne pourront pas passer en e-learning et qui resteront 100% en présentiel ". Les quelque 300 clients de KSB pour ses services de formation appartiennent à l'industrie. Les clients, ce sont aussi les exploitants du secteur de l'eau, le secteur du BTP, les bureaux d'étude etc. Une activité de formation qui rapporte, même si sa part dans le chiffre d'affaires du groupe est loin d'être significative. " Ce que nos formations rapportent se mesurent surtout en termes d'image. Nos formateurs sont d'abord des professionnels de la pompe et de la robinetterie et qui ont été formés à former. " KSB avait craint en début d'année 2015 une baisse de son activité formation suite à la réforme de la formation professionnelle. Le Compte personnel de formation (CPF) a remplacé depuis janvier 2015 le Droit individuel à la formation (DIF) et s'est traduit par une baisse du financement de la formation. " En fait, les formations techniques n'ont pas baissé. Pas chez nous en tout cas ", se réjouit-on à Gennevilliers. Les demandes de formation dans les domaines techniques sont tirées par les pertes de savoir-faire dans l'industrie. Des pertes essentiellement dues à l'externalisation de certaines activités et à la difficulté, de la part des techniciens expérimentés, à transmettre leurs savoir-faire. De plus, les réductions de poste se traduisent par un développement de la notion de polyvalence.