Your browser does not support JavaScript!

Spécialisé dans la conception et la fabrication d'évapo-concentrateurs associés à sa technologie MHD, TMW est aujourd'hui bien identifié par ses marques Ecostill (traitement des effluents industriels) et Aquastill (traitement d'eaux saumâtres ou salées pour la production d'eau potable). Fort de cette expertise, l'entreprise a été sollicitée pour développer son savoir-faire dans la conception d'échangeurs thermiques plastiques dans le cadre du programme de recherche GEPPI (Grand Echangeur Plastique à Plaques pour l'Industrie) qui engendrera une nouvelle gamme d'échangeurs sous la marque "TET".

L'objectif du programme GEPPI est de favoriser l'efficience énergétique en développant une solution d'échangeurs plastiques compétitifs tant techniquement qu'économiquement. Les marchés demandeurs de ce type de solutions sont nombreux, la récupération d'énergie devenant un enjeu stratégique auquel s'intéressent tous les industriels. 

 Dès ses premiers prototypes d'évapo-concentrateurs, TMW a parié sur la récupération d'énergie pendant le process d'évaporation et sur les matériaux plastiques pour la conception du composant majeur de l'évaporateur, l'échangeur thermique : liberté de formes du fait d'un procédé de fabrication par moulage, choix de matériaux, résistance à la corrosion et ce, malgré une conductivité thermique faible en comparaison des aciers inoxydables ou autres alliages de titane, couramment utilisés. Après la production en 2011 d'une première génération d'échangeurs réalisés par soudage de plaques moulées par extrusion soufflage, TMW a souhaité aller plus loin en développant un échangeur thermique, toujours en plastique, mais dédié à toute application de récupération d'énergie en ambiance chimiquement agressive. 

 A l'extrusion soufflage, TMW a préféré l'injection thermoplastique comme procédé de fabrication du fait de la large palette de matériaux utilisables, des outils de fabrication de taille très variés et d'un coût de fabrication optimisé garce à des procédés de fabrication industrialisés. 

 La conception par plaques a été conservée, mais un design original de celles-ci permet de concevoir, à partir des mêmes plaques, des échangeurs liquide/liquide ou gaz /liquide. Enfin, si le PEHD ou le PP chargé sont des matériaux envisageables, les échangeurs GEPPI peuvent être moulés dans des matières plus « high tech » tels que le PVDF, ou le PA 12, permettant d'atteindre des caractéristiques de conductivité de 1 à 4 W/°C/m, des compounds encore en développement devant encore améliorer ces valeurs (objectif : 7 W/°C/m). 

 Le GEPPI doit permettre de développer une gamme complète mis au point par TMW : des échangeurs, en PP, PEHD, à bas coût de 5 à 70 plaques et des échangeurs « high tech », en PA ou PVDF, toujours de 5 à 70 plaques. L'ensemble des combinaisons possibles matériau/nombre de plaques est immense et obligera TMW à structurer sa politique commerciale avec l'embauche à terme d'un responsable commercial dédié, en charge des marchés spécifiques de récupération d'énergie. 

 Bien que la conception d'échangeurs à plaques soit familière aux acteurs de l'échangeur thermique, GEPPI n'en bousculera pas moins leurs habitudes et leurs a priori sur les performances des plastiques. 

C'est l'un des principaux enjeux de ce programme de recherche.