Your browser does not support JavaScript!

Les retours d'expériences du procédé physique Spectrum confirment l'efficacité de l'éradication des biofilms en canalisations d'eau chaude sanitaire. A la condition expresse, toutefois, de ne pas l'utiliser conjointement au traitement physique à base de produits chimiques. Comme on le sait par les nombreux résultats des travaux d'essais et d'analyses entrepris sur les biofilms, ces produits constituent la source même du problème.

Les molécules d'eau, de même que celles de substances dont la structure moléculaire est dipolaire, peuvent se comporter comme des mini-aimants en s'orientant en fonction du champ magnétique. Les propriétés para ou diamagnétiques des molécules se révèlent. Dès lors, quand un fluide, qu'il s'agisse d'eau ou d'un autre liquide, passe à travers un champ magnétique, les propriétés physico-chimiques du fluide subissent des changements. Le service R&D de Spectruming a travaillé sur cette évidence scientifique pour développer une nouvelle architecture de carte électronique avec un microcontrôleur qui optimise les résultats de ses nouveaux générateurs « Spectrum ». La précision d'ajustement du procédé solénoïde du Spectrum permet d'envisager des résultats d'une efficacité avérée dans un temps très court (30 jours) pour faire chuter de 100 UFC/L à 0 UFC/L la quantité de pseudomonas aeroguinosa contenue dans une installation d'eau thermale équipée d'un Spectrum G3. Des essais et des tests ont été effectués récemment par les ingénieurs et techniciens sur une station vichyssoise. Dès septembre prochain, un essai/test sera effectué sur un réseau pilote à l'Institut du Thermalisme de Dax, pour mesurer l'efficacité bactériologique de l'appareil Spectrum sur un réseau d'eau minérale. Cette étude consistera à étudier l'efficacité du procédé sur un biofilm existant ou en voie de formation enrichi artificiellement par des bactéries régulièrement recherchées dans les réseaux d'eau minérale naturelle. Cette eau est sulfatée, calcique, magnésienne et légèrement sodique. Elle sera nécessairement refroidie de 60° à 38° afin de reproduire les conditions réelles d'utilisation en soins. La température et la vitesse de passage d'un liquide à travers un champ électromagnétique et/ou sa durée de traitement a une influence très importante sur l'efficacité du système. Pour cette raison, la vitesse d'écoulement de l'eau et donc le débit doit être optimisé en fonction de l'application pour en garantir la meilleure efficacité. Le traitement d'un liquide en mouvement dans des tuyaux nécessite d'autres caractéristiques du champ électromagnétique que le traitement d'un réservoir d'eau en continu par une sonde. Par exemple, et de façon générale, plus le taux de silice, de calcium et magnésium, de gaz, de bicarbonates est élevé, plus l'effet antitartre du traitement électromagnétique sera important. Les connaissances les plus récentes entre les différentes interactions du traitement électromagnétique et des paramètres physico-chimiques de l'eau permettent d'optimiser au mieux le traitement pour une action ciblée. En attendant la gamme Spectrum a fait l'objet de nouveaux développements. La carte électronique est équipée d'un système de mesure acoustique calée sur un débit faible et un débit fort. Il détermine les fonctions du module électromagnétique, donc de la puissance modulée du rayonnement du procédé EFM (électro fréquence magnétique). Autre nouveauté, la seule option du système consiste désormais en l'équipement d'un GSM incorporé au générateur permettant d'entrer en communication satellite avec un ordinateur central (Spectruming). Cette automatisation entre dans le cahier des charges « Qualité/Sécurité », ouvrant l'accès à la garantie de fonctionnement du procédé sur 5 ans. Concernant le Spectrum G3, non équipé de GSM, un boîtier de contrôle électronique permettra à chaque technicien d'effectuer l'enregistrement du fonctionnement de l'appareil à chaque visite de maintenance et de les communiquer à Spectruming via Internet.