Your browser does not support JavaScript!

ETV (Environmental Technology Verification) est un nouvel instrument censé aider les entreprises qui mettent au point des technologies innovantes dans le domaine de l'environnement à vérifier de manière indépendante les performances des nouvelles technologies environnementales. Ainsi, les fabricants pourront démontrer la fiabilité des performances annoncées et les acheteurs de technologies pourront déterminer les innovations qui correspondent à leurs besoins.

Ce dispositif vise plus particulièrement les PME qui éprouvent bien souvent des difficultés pour démontrer les performances de leurs innovations. Il devrait réduire la nécessité de multiplier les sites de démonstration ou de procéder à des essais répétés pour différents marchés. Il pourrait également faciliter les exportations vers les marchés comme l'Amérique du Nord et l'Asie, qui reconnaissent progressivement l'approche du dispositif. Ce dispositif s'appuie sur la vérification de la pertinence et de la réalité des performances de l'écotechnologie par un organisme indépendant désigné par la Commission européenne. Le LNE vient de se voir confirmer sa désignation sur la base de l'obtention d'une accréditation du COFRAC selon le référentiel 17020, référentiel actuel existant le plus adapté à ce type d'activité. La Commission européenne initie cette procédure ETV par un programme pilote intéressant les domaines de la surveillance et du traitement de l'eau, des matériaux, déchets et ressources, et des technologies de production de l'énergie. A terme, quatre autres thématiques devraient être intégrées au dispositif : la surveillance des sols pollués et des eaux souterraines, les procédés de production propre, les technologies environnementales dans l'agriculture, ainsi que la surveillance et la réduction de la pollution de l'air. Pour exercer cette activité d'organisme de vérification, le LNE s'appuiera sur sa propre expertise ainsi que sur celles du réseau qu'il a mis en place avec cinq partenaires scientifiques et techniques. Ce réseau est constitué du BRGM, du CETIAT, du CETIM, de l'INERIS, et de l'IRSTEA. Les services effectués consisteront en une évaluation approfondie de la pertinence et de la véracité des performances de l'écotechnologie présentée dans le dossier de l'industriel. La vérification se concrétisera par la délivrance d'une attestation par l'organisme de vérification, publiée sur le site ETV de la Commission européenne. Le savoir?faire du LNE pour ce type de vérification a déjà été mis à l'?uvre dans le cadre d'un programme pilote de l'ADEME, pour lequel une vingtaine de dossiers sont concernés. Ce relais français constitue une aide précieuse pour les éco?entreprises qui se voient ainsi faciliter l'accès à la procédure ETV et la commercialisation de leur écotechnologie dans l'ensemble des pays du marché européen. http://www.verification-etv.fr