Your browser does not support JavaScript!

Dans le cadre des travaux du laboratoire de référence Aquaref, l'Ineris, avec l'appui du Lne vient de piloter un essai collaboratif sur le prélèvement automatisé en rejet canalisé. Organisé en coopération avec Veolia Eau sur le site de la station d'épuration des Boissettes (Seine et Marne), cet essai s'adresse aux organismes de prélèvements et doit contribuer à améliorer les pratiques des opérateurs de terrain pour répondre au mieux aux exigences de qualité et de fiabilité des données indispensables à la mise en place de la DCE.

La directive cadre sur l'eau fixe des objectifs pour atteindre le bon état écologique et chimique des milieux aquatiques d'ici à 2015. Le contrôle de l'état des masses d'eau passe nécessairement par des méthodes de mesure des polluants capables de produire des données fiables. C?est dans cette perspective que la qualité des opérations de prélèvement et d'analyses prend toute son importance : les résultats des mesures doivent pouvoir être comparés à des valeurs seuils réglementaires et fournir, avec un degré de confiance suffisant, des concentrations de polluants. Jusqu'à présent, les comparaisons portaient uniquement sur les analyses en laboratoire. Depuis 2007, Aquaref a pour mission d'en adapter les principes aux essais de terrain. Dans le cas des essais de terrain, il s'agit de collecter des informations sur la variabilité des résultats et sur les conséquences de l'utilisation de telle ou telle méthode, en vue d'améliorer les pratiques. La campagne de janvier 2012 portait sur les opérations de prélèvement et de mesures sur site concernant les eaux de rejet. Réalisée avec la collaboration de Veolia Eau sur le site de la station d'épuration des Boissettes près de Melun (Seine et Marne), elle avait pour objectif d'estimer l'impact engendré par les phases de prélèvement/conditionnement de l'échantillon sur la variabilité des résultats des paramètres chimiques, d'analyser et comparer les différents protocoles mis en ?uvre pour le prélèvement automatisé en rejet canalisé, en vue de réaliser un guide technique de « bonnes pratiques » et d'étudier l'influence (étalonnage des appareils, suivi des procédures) de ces protocoles sur l'exactitude de certaines mesures qui sont généralement conduites sur le terrain (pH, conductivité, température). Plusieurs campagnes du même type avaient déjà été effectuées dans le cadre des travaux d'Aquaref. L?Institut a par exemple piloté en juin 2007 un essai en eaux vives, sur un cours d'eau (La Mauldre à Epône, Yvelines) avec 14 équipes de prélèvement et un essai en plan d'eau (Paladru, Isère) avec 10 équipes en juin 2010. L?ensemble de ces campagnes est réalisé avec le soutien financier de l'Onema et du Ministère de l'écologie. L?Ineris met ses compétences en métrologie des polluants et en analyses chimiques au service de la Direction de l'Eau du Ministère de l'Ecologie et de l'Onema sur la mise en ?uvre de la DCE. A ce titre, il coordonne Aquaref, le laboratoire national de référence de l'eau et des milieux aquatiques, qui a été créé en 2007 pour assister les pouvoirs publics et les acteurs de l'eau (collectivités, agences de l'eau'.) dans la définition et la mise en ?uvre des programmes de surveillance des milieux aquatiques. Aquaref réunit les compétences scientifiques et techniques du Brgm, de l'Ifremer, de l'Ineris, d'Irstea, et du Lne.