Your browser does not support JavaScript!

Le projet a pour objectif de répondre aux nouvelles exigences réglementaires concernant les parasites et les ions bromate. Avec une capacité de traitement de 2 x 300 000 m3/j, c'est à ce jour, le plus important marché UV européen attribué pour le traitement de l'eau potable.

Paris est alimentée en eau potable à la fois par des eaux souterraines et des eaux de surface potabilisées dans trois usines de traitement situées à Ivry, Orly et Joinville sur Marne. Pour répondre aux nouvelles exigences concernant les parasites et la limitation de concentration en bromates, Degrémont Technologies-Ozonia va renforcer les usines de traitement des eaux de surface par l'ozone de Joinville et d'Orly avec des réacteurs UV Aquaray® H20. Les ions bromate sont des composés supposés cancérigènes formés principalement par la réaction entre l'ozone et les bromures naturellement présents dans l'eau. Le renforcement de l'efficacité du traitement par l'ozone avec des unités de désinfection UV permet de continuer à garantir une eau potable de qualité irréprochable tout en répondant à une double problématique : ? Garantir que les eaux distribuées ne contiennent pas de microorganismes, de parasites (Cryptosporidium Parvum, Giardia Lamblia) ou toutes autres substances présentant un danger pour la santé, ? Respecter la nouvelle limitation de concentration maximale acceptable en bromates, définie par le Code de la Santé Publique, abaissée à 10 ?g/L (au lieu de 25 ?g/L) à compter du 25 décembre 2008. Degrémont Technologies-Ozonia et Degrémont Services ont été sélectionnés pour les qualités des réacteurs Aquaray® H20 mais aussi pour leurs expériences d'intervention sur des sites existants et en fonctionnement. Le projet consistait à remplacer la vanne de régulation existante, ajouter une vanne de sectionnement, intégrer le réacteur UV dans la ligne d'eau existante en minimisant les pertes de charge à l'aide d'une analyse fonctionnelle du couplage filtres réacteurs UV et garantir une dose de 40 mJ/cm² pour les conditions les plus défavorables (débit maximum, transmittance minimum). Une attention particulière a donc été portée sur l'étude et la modélisation afin de garantir le respect des consignes inscrites dans le cahier des charges et de ne pas perturber le fonctionnement des installations en place. Après validation, par son centre de R&D basé aux États-Unis, des conditions de fonctionnement propres aux deux sites, Degrémont Technologies-Ozonia a développé un paramétrage de la modélisation hydraulique très poussé (dite CFD - Computerized Fluid Dynamic, utilisant le logiciel de référence ??Fluent'?) permettant de calculer et quantifier très précisément les incidences des perturbations hydrauliques et des pertes de charge. Cette étude préliminaire a démontré notamment que l'installation des réacteurs UV Aquaray® H20 ne perturbait pas l'hydraulique de la station et que compte tenu des faibles pertes de charge qu'ils génèrent, ils pouvaient être insérés sur la conduite de collecte de l'eau filtrée, en sortie de filtres à charbon actif. Elle a également démontré que le diamètre DN 500 était le mieux adapté aux conditions de fonctionnement existantes. Le couplage réacteur/vanne garantit le respect des pertes de charges notifiées dans le cahier des charges et le bon fonctionnement de la régulation hydraulique. « La période de modélisation a été primordiale et nous a permis d'installer les réacteurs sans influer sur le bon fonctionnement des filtres à charbon actif » souligne Vincent Pilmis, responsable du projet chez Degrémont Technologies-Ozonia.