Your browser does not support JavaScript!

Pour répondre à la croissance de la demande en dioxyde de carbone industriel et alimentaire, Air Liquide a augmenté ses capacités industrielles de valorisation en Europe de 25% entre 2008 et 2010, confortant ainsi sa position de leader européen. En France, une nouvelle unité sera mise en service à Pomacle dans la Marne en septembre 2010.

Le marché européen du dioxyde de carbone industriel et alimentaire est estimé à 3 millions de tonnes par an et connaît une progression annuelle de 3%. Ce gaz est utilisé pour fabriquer, conserver ou transporter de nombreux produits de la vie quotidienne. En agro-alimentaire, il fait pétiller les boissons, apporte du froid et conserve les aliments. Dans l'industrie pharmaceutique, la cosmétique ou la recherche, les procédés d'extraction au dioxyde de carbone supercritique permettent d'isoler des molécules de façon sélective et propre. Les techniques de soudage utilisent des gaz de protection et notamment des mélanges associant argon et dioxyde de carbone. Dans ce domaine, la présence de dioxyde de carbone garantit les caractéristiques mécaniques des pièces en acier au carbone ou en acier inoxydable et améliore la qualité du cordon de soudage. Mais il est aussi employé en traitement de l'eau potable ou des effluents industriels. En usine de production d'eau potable, le dioxyde de carbone permet de reminéraliser certaines eaux de consommation. Dans les régions granitiques comme en Bretagne par exemple, l'eau présente un déficit de certains minéraux. Elle est agressive et peut détériorer les réseaux de distribution. Pour remédier à ce problème, on reminéralise l'eau grâce à l'apport de dioxyde de carbone et de chaux. Le dioxyde de carbone est également utilisé dans le traitement des eaux industrielles où cet acide faible est préféré aux acides forts (acide chlorhydrique, sulfurique?) pour réguler le pH et neutraliser les effluents. Ce gaz respecte l'environnement car il agit en substitut des produits chimiques acides et se dissous dans l'eau. De plus, le dioxyde de carbone génère des bicarbonates et carbonates et ne provoque aucune pollution secondaire saline. Il réduit les odeurs, évite la corrosion des équipements et augmente l'efficacité des réactifs. La nouvelle unité de valorisation mise en service à Pomacle (Marne) représente un investissement de 13 millions d'euros. Elle permettra de purifier et de traiter le dioxyde de carbone principalement issu de la fermentation de betteraves. Avec un fonctionnement 24h/24, sa capacité de traitement sera de 120 000 tonnes de dioxyde de carbone par an. Le site, d'une superficie de 1,4 hectare, disposera d'un raccordement ferroviaire pour ses expéditions en wagons.