Your browser does not support JavaScript!

Ce contrat, signé par le consortium formé par Degrémont en leader et deux sociétés de génie civil italiennes (CCC et CMR), comprend la conception, la construction et un an d'assistance à l'exploitation d'une usine de traitement qui traitera 80 % des eaux usées de l'île de Malte avec une capacité de 500.000 équivalent habitants, incluant la population touristique estivale. Son montant est évalué à 57 M?, dont 34,5 M? pour Degrémont et 0,5 M? d'assistance à l'exploitation pendant un an. Le solde, (22 M?) revient aux sociétés de génie civil. La future station sera construite en 18 mois pour le traitement des eaux et achevée 3 mois plus tard pour le traitement des boues. Un des défis sur ce contrat consistait à réaliser une usine de grande capacité dans un espace réduit (4 hectares) afin de préserver un environnement fragile, le tout dans un délai très court (21 mois). Pour concevoir un traitement répondant aux normes européennes sur une surface aussi réduite, Degrémont va mettre en ?uvre deux de ses procédés phares : le Densadeg 4D pour la floculation-décantation et le Biofor pour le traitement biologique. Le Densadeg 4D permet une vitesse de circulation de plus de 30 m3/h sur un ouvrage qui assure les fonctions de dessablage, dégraissage, floculation, décantation primaire à grande vitesse et densification des boues produites. Le Biofor, quant à lui, assure la fonction de filtration et de traitement biologique dans un même ouvrage. Les surfaces occupées sont de ce fait réduites, plusieurs traitements étant réalisés dans un même bassin. La ligne boue comprendra une digestion et une déshydratation. La digestion des boues produira du biogaz utilisable sur site par des moteurs à gaz. Cette cogénération produira 30% des besoins énergétiques de l'usine. En marge du contrat, Degrémont réalisera un programme architectural et paysager, avec en particulier la plantation de plus de 6000 arbres et plantes locales (oliviers, bougainvilliers, lauriers roses') pour intégrer l'usine dans son environnement. Enfin, une désodorisation biologique est prévue pour limiter tout risque de nuisance olfactive pour les populations environnantes. Pour en savoir plus sur le procédé Densadeg, cliquez ici Pour en savoir plus sur le procédé Biofor, cliquez ici