Your browser does not support JavaScript!

Endress+Hauser a augmenté son chiffre d'affaires de près de 11 % au cours de l'exercice 2014, dépassant le seuil des 2 milliards d'?. Le spécialiste suisse des technologies de mesure et d'automatisation a par ailleurs amélioré son résultat d'exploitation de même que ses résultats avant et après impôts.

« Etant donné les défis tant politiques qu'économiques qui se posent au niveau international, nous pouvons être très satisfaits de ces résultats, et ce même si nous n?avons pas atteint la totalité de nos objectifs », s'est félicité le directeur financier d'Endress+Hauser, Luc Schultheiss. L?évolution des taux de change, en particulier, a eu un effet favorable sur l'ensemble de l'année 2014. Les filiales récemment acquises ont par contre entraîné une baisse des résultats. Ainsi, suite à la chute du rouble, Analytik Jena a dû créer d'importantes provisions pour pertes. L?entreprise allemande spécialisée dans les analyses médicales et comptant 1100 collaborateurs, Analytik Jena, de même que l'entreprise américaine Kaiser Optical Systems, active dans le domaine de la spectroscopie et employant quelque 80 collaborateurs, ont pour la première fois vu leurs résultats consolidés sur l'ensemble de l'exercice sous revue. Par ailleurs, début 2014, une société de vente appartenant en propre à Endress+Hauser a vu le jour aux Emirats Arabes Unis. Autant d'éléments qui ont contribué à la croissance organique du chiffre d'affaires du groupe, qui a, selon Luc Schultheiss, presque atteint 6%. Au niveau des effectifs, l'évolution a dans l'ensemble également été positive. Ainsi, fin 2014, 12 435 personnes travaillaient pour Endress+Hauser à travers le monde, soit 516 de plus que l'année précédente. Les perspectives de l'année 2015 sont cependant incertaines du fait de la suppression du taux plancher du Franc par la Banque nationale suisse. En effet, si la production du groupe se fait également en Suisse, elle a essentiellement lieu dans les zones euro et dollar. « Les répercussions ne peuvent pour l'instant être pronostiquées, estime Luc Schultheiss. Il faut en conséquence que nous observions avec soin les développements ultérieurs. »