Your browser does not support JavaScript!

Cet ancien dépôt pétrolier situé à proximité de Thionville (57) a été contaminé au cours de son exploitation par des hydrocarbures, BTEX et HAP. Spécialiste de la dépollution des sols, Biogénie Europe a été missionné pour l'excavation d'environ 100 000 m3 de sols, le tri, le traitement en Biopile Ex-situ de 50 000 m3 de sols pollués et le traitement de la nappe touchée par des contaminants dissous. Les volumes en jeu ont nécessité la mise en place de moyens particulièrement importants. Explications.

Le site, d'une superficie de 35 000 m2, est situé à proximité de la commune de Thionville (57). Des reconnaissances précises de la pollution des sols et de la nappe ont été réalisées par le bureau d'études URS et ont permis de mettre en évidence : ? une pollution des sols par des hydrocarbures totaux, des BTEX et des HAP (également sous forme de goudrons) ; ? une pollution de la nappe phréatique par des HCT, des BTEX et des HAP sur la quasi totalité du site. Cette pollution était présente principalement sous la forme d'une phase dissoute. La stratégie de réhabilitation a reposé sur : - La mise en place d'une barrière étanche ancrée dans le substratum argileux ; - La mise en place d'un dispositif de traitement de type Biopile Ex-Situ ; - La mise en place d'un dispositif de traitement des eaux de la nappe de 60 m3/h reposant sur du pompage en fond de fouille, une filtration sur charbon actif et des réinjections préférentielles pour re-circulation. Une barrière étanche pour contenir la contamination L?objectif premier a été de se mettre à l'abri de la contamination de la nappe présente à l'extérieur et à l'amont du site traité. Pour ce faire, des sondages ont été réalisés afin de valider sur toute la façade amont du site, la cote du substratum argileux. Dès validation, des terrassements ont été entrepris afin de régler une plateforme à une cote définie permettant l'intervention d'une trancheuse automatisée. La barrière étanche a été mise en place par une trancheuse et selon la technique du soilMixing (mélange In-situ des sols avec un ciment CLK). Cette technique a permis de mettre en place en 3 semaines 530 mètres linéaires de paroi molle de perméabilité 10-9 à environ 8 mètres de profondeur par rapport au terrain naturel. Traitement des sols : deux plateformes de 4.000 m² Biogénie a construit pour les besoins du projet, deux plateformes de traitement étanches d'une surface d'environ 4 000 m² chacune, équipées d'une géomembrane PEHD et d'un double système de protection en géotextile anti-poinçonnement. Le traitement des terres repose sur le système du Biotertre dynamique (ou Biopile Ex-Situ). Le procédé consiste à créer les conditions de biodégradation optimales pour les souches bactériennes endogènes. Ce dispositif a imposé de mettre en place un module de ventilation dûment dimensionné et d'apporter aux sols des agents fertilisants et structurants nécessaires. Le traitement se réalise en 2 ou 3 séquences d'environ 6 à 9 mois en fonction des volumes rencontrés et des efforts de traitement nécessaires pour atteindre les objectifs de remise en place des sols. Tous les équipements de traitement de sols sont suivis à distance via un dispositif de télégestion permettant de valider les temps de fonctionnement de l'unité, la température des effluents gazeux aspirés et les durées de fonctionnement des pompes. Le projet de terrassement impose de mettre en place des moyens techniques importants (pelles, tombereaux) et des procédures précises en ce qui concerne la garantie de traçabilité des terres excavées, la réception des fouilles et les moyens de prévention des risques. Traitement des eaux de la nappe : filtration sur charbon actif Le traitement de la nappe doit être assuré par un pompage en fond de fouille suivi d'un traitement des effluents par filtration sur charbon actif et réinjection séquencée des eaux sur des tranchées afin d'assurer une recirculation des eaux sur le site. Alimenté par 6 pompes d'épuisement de 10 m3/h chacune, le traitement des eaux est assuré par une installation de grosse capacité (60 m3/h, 24/24 et 7j/7j) composée de 2 bacs tampons pour décantation des fines et par 2 filtres à charbon actif de gros débits. Afin de sécuriser le process de traitement, Biogénie a mis en place un système de télégestion de l'ensemble des installations permettant de détecter les anomalies potentielles et intervenir sur le schéma de pompage et de réinjection éventuel. Le projet de dépollution devrait se terminer dans le courant de l'année 2012.