Your browser does not support JavaScript!

La conférence environnementale a fixé un objectif ambitieux : faire de la France la nation de l'excellence environnementale. Face aux grands enjeux environnementaux, en particulier du changement climatique, de la rareté des ressources et des différentes formes de pollution, elle a appelé à réaliser une transition vers un nouveau modèle de développement durable. Les ministères du Redressement productif et de l'Écologie ont donc lancé avec Oseo et l'Ademe un appel à projets afin d'inciter les éco-industries à innover. Il vise à soutenir des projets à fort potentiel économique et environnemental avec des perspectives de mise sur le marché de 2 à 5 ans.

24 projets de recherche et développement notamment dans le domaine de la prévention, de la mesure et de la lutte contre les pollutions locales (air, eau, sols, déchets...) on été retenus et bénéficieront d'aides des pouvoirs publics à hauteur de 10,2 M? dont 11 concernent directement le secteur de l'eau. Parmi ceux-ci, trois dossiers ont été labellisés et montés par le pôle de compétitivité Dream. Le projet EcosmetoCentre (2,46 M?) vise à rechercher des actifs cosmétiques dans les plantes des zones humides naturelles, en Région Centre. La valorisation des plantes fauchées initialement pour l'entretien des milieux naturels permettra de pérenniser cette activité. Il s'agit également de pérenniser et faciliter l'activité d'entretien des milieux par la valorisation des déchets produits. Piloté par la société Greenpharma (45), le projet associe pour 4 ans la société BioAlternatives (86) et l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans. La société Environnement 41 (41) interviendra également en sous-traitance. Le projet Phytoria (1,26 M?) a pour but de proposer de nouvelles techniques pour la filière du traitement des eaux usées industrielles avec des procédés de phyto-épuration. Piloté par la société Jean Voisin (37), le projet associe pour 3 ans l'entreprise Eau et Industrie (56 et 45) et l'Ecole des Mines de Nantes. Le projet Station de Vigilance des Eaux Hospitalières, (1,35 M?) a pour objectif de mettre en place une offre compétitive de « station de vigilance » dédiée aux eaux hospitalières, alliant des technologies et services optimisés de surveillance et de mesure biologiques couplés à de l'analyse chimique. Piloté par Watchfrog (91), le projet associe pour 3 ans les sociétés Toxem (76), Profilomic (92) et Alyxan (91), le Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l'Environnement de la Seine (PIREN Seine), l'UMR Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Continentaux (EPOC, Université Bordeaux 1 et CNRS), l'UMR Ecologie, Systématique et Evolution (Université Paris Sud, CNRS et AgroParis Tech) et l'association Nova Green (91). Parmi les autres dossiers retenus, on citera Diguintelligent, un système de détection opérationnel des fuites sur les digues permettant de localiser les zones de fuite et de suivre les débits de fuite de façon quantitative, IRRIgation Ingénierie Services (IRRIS) qui vise à concevoir et à développer en 3 ans, une sonde capacitive qui mesure en continu et en temps réel l'état hydrique du sol, Kentrec, un nouveau procédé de revêtement des réservoirs d'eau et des structures de tunnels de plus de 300 m de long, Minerve, une méthode innovante et rapide de vérification de la teneur d'endotoxines dans l'eau, PRePhos, un procédé de recyclage du phosphate par précipitation ou encore Dolce, un kit d'analyse haut débit et non toxique pour la mesure de la demande chimique en oxygène. La filière méthanisation est également à l'honneur avec Methanalyse, un analyseur en ligne pour la filière méthanisation permettant la mesure simultanée des acides gras volatils (AGV), de l'ammonium (NH4+) et du titre alcalimétrique complet (TAC) et Methaneo qui mobilise et valorise des coproduits agricoles pour la méthanisation.