Your browser does not support JavaScript!

Spécialisée dans l'égouttage, la filtration, la centrifugation et le séchage des boues, Andritz SAS, filiale Française du groupe Autrichien Andritz AG, vient de produire sa 5000ème décanteuse. Cette machine sera prochainement mise en service au sein de l'usine de dessalement d'eau de mer Barka II, dont la réalisation a été confiée au groupe Degrémont.

Que de chemin parcouru depuis 1951, lorsque sortent des chaînes de production de la société Pompes Guinard, un fleuron de l'industrie française, les premières centrifugeuses ! Malgré des débuts cahotiques, un département centrifugation est rapidement créé qui prendra son indépendance en 1973 sous le nom de Guinard Centrifugation. Un outil de production, ancêtre de l'actuelle usine de Châteauroux (36), est spécialement construit et dévolu à la production de ces machines. Deux décennies seront toutefois nécessaires pour les voir s'imposer sur le marché du traitement des boues. L?apparition des filtres à bandes qui bénéficient à cette époque d'un rapport coûts/performances avantageux retarde en effet l'essor des centrifugeuses. Le virage interviendra au début des années 1990. La centrifugeuse se présente alors comme une machine entièrement automatique capable de fonctionner en continu et de générer une siccité bien meilleure qu'un filtre à bandes à un prix devenu compétitif. Ce sera le début d'un essor régulier des ventes, en France d'abord, puis à l'export. Pour Guinard Centrifugation, c'est aussi une opportunité de développement extraordinaire. Dès 1994, Andritz, par le biais de sa division Environment & Process Technologies, s'associe au développement des activités industrielles de Guinard Centrifugation, qui deviendra en 2003 Andritz SAS, filiale à 100% du groupe autrichien. Ainsi, en moins de 15 ans, l'entreprise passera du statut de simple PME à celui d'un des leaders mondiaux des décanteuses centrifugeuses pour le traitement des boues. Aujourd'hui, loin de se cantonner au marché Français, l'entreprise, qui fait partie d'une division employant 800 personnes et réalisant un chiffre d'affaires voisin de 400 millions d'euros, réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'international. Ces machines équipent les grandes villes du monde entier parmi lesquelles Doha, Budapest, Paris (stations d'Achères, Colombes et Valenton), Shanghai ou encore Las-Vegas. A l'origine de ces succès commerciaux, la qualité et l'innovation portées par un effort soutenu en matière de recherche & développement. Un effort soutenu en matière de recherche & développement André Kunz, Directeur Général d'Andritz SAS est l'un des artisans des succès enregistrés aujourd'hui par le Groupe dans le domaine de la déshydratation des boues. L?homme a tout connu de l'aventure commencée avec Pompes Guinard, poursuivie ensuite avec Guinard Centrifugation puis Andritz. Il explique : « la qualité et l'innovation sont au c'ur des préoccupations d'Andritz qui investit jusqu'à 3% de son chiffre d'affaires dans le domaine de la R&D. Le rythme des avancées technologiques qui caractérise l'évolution de nos gammes en témoigne largement ». De fait, le groupe est à l'origine de plusieurs sauts technologiques importants dont le plus spectaculaire est la première machine à transmission coaxiale, la fameuse D5LLTC brevetée en 2003. Cette nouvelle technologie supprime l'ensemble du système d'entraînement habituel des machines tournantes, de sorte qu'il n?y a plus ni courroies, ni poulies. La ligne d'entraînement qui remplace les moteurs classiques primaires et secondaires, est constituée de moteurs synchrones à aimants permanents qui consistent en deux rotors placés l'un derrière l'autre et qui sont placés sur la ligne d'arbre de la décanteuse. Tout est donc axé sur une même ligne ce qui procure de nombreux avantages parmi lesquels un niveau vibratoire plus bas et plus constant, une consommation d'énergie moindre (de l'ordre de 10%), une maintenance facilitée et réduite et une compacité accrue dans la mesure où la partie motorisation qui représentait environ un quart de la machine est supprimée. « A capacité égale, sur une décanteuse qui traite 50 m3/h, on gagne 1,50 m sur la longueur avec également une hauteur plus faible » souligne André Kunz. « L?exploitant a donc besoin de moins de place pour installer ces machines ». Aujourd'hui, une bonne quarantaine de ces décanteuses de nouvelle génération a été livrée à travers le monde. Elles valident une technologie qui ouvre de nouvelles voies qui pourraient permettre, à terme, d'aller encore plus loin en vitesse et en accélération. D?autres innovations ont permis d'optimiser le rendement des machines tout en diminuant les coûts d'exploitation : double entraînement, rotor polyvalent, tuilage intégral des vis, système d'entraînement breveté avec recyclage d'énergie, système d'optimisation de floculant, construction inox?sont autant d'avancées qui profitent aux centrifugeuses, petites ou grandes. Des avancées qui profitent à toute la gamme des centrifugeuses, petites ou grandes Au delà des machines de taille importante qui équipent désormais la plupart des grosses stations d'épuration urbaines, le marché s'est peu à peu déplacé ces dernières années vers des machines de taille inférieure. « La compacité des nouvelles générations de centrifugeuses, leur rapport coût/performances et leur capacité à s'adapter à tous types de configurations leur a largement ouvert la porte de petites stations d'épuration de 5.000 à 10.000 E.H. », souligne André Kunz. D?autant qu'au-delà des performances qui sont strictement identiques à celles des grosses machines, on retrouve sur ces unités de taille plus réduite la même technicité et la même qualité de production que celle qui a fait le succès des grosses décanteuses. Face à cette évolution, Andritz a élargi sa gamme jusqu'à sortir 12 nouveaux modèles ces 10 dernières années. Cet élargissement de l'offre concerne aussi bien les petites machines avec la série D2, que les plus grandes installations (D10-D12), en passant par les installations de taille moyenne comme la toute nouvelle D5LX, une machine à dimensionnement intermédiaire qui vient s'intercaler entre la D5L et la D5LL. L?effort consenti pour étoffer la gamme permet de couvrir la quasi-totalité des besoins sur le marché de la déshydratation des boues. Mais, au-delà du succès rencontré sur les applications liées aux boues, un autre marché prometteur s'est ouvert aux centrifugeuses : celui de la désalinisation. Le dessalement d'eau de mer est un domaine en pleine expansion au Moyen-Orient, mais aussi dans bien d'autres régions du monde comme par exemple en Australie ou les projets se multiplient. Une croissance économique et démographique soutenue, conjuguée à la rareté des ressources en eau conduit ces régions du monde à diversifier leurs sources d'approvisionnement en multipliant les recours au dessalement. « On estime à 14 milliards de dollars les investissements destinés aux infrastructures de dessalement dans les 10 ans à venir » souligne André Kunz. Le dessalement d'eau de mer requiert l'utilisation de centrifugeuses pour traiter les résidus des procédés de traitements. Une application particulière qui requiert des machines de conception spéciale, en particulier en ce qui concerne la métallurgie : le taux de chlorures très élevé rend en effet nécessaire l'utilisation de Duplex. La maîtrise technique de cette application a permis à Andritz de multiplier les succès en Australie mais aussi en Amérique du Sud et désormais au Moyen-Orient. C?est à une application de ce type que sera destinée la 5000ème décanteuse centrifuge sortie de l'usine de Châteauroux à la fin du mois de janvier 2008. Cette machine, tout comme sa petite s'ur n°5001, doit rejoindre prochainement le site de Barka II à Oman (Nord-Ouest de Muscat). Ce site regroupe une centrale électrique de 678 MW et une usine de dessalement d'eau de mer d'une capacité de 120.000 m3/jour, dont la réalisation est assurée par Degrémont. Sur cette usine qui fait appel aux technologies de traitement les plus récentes, la saumure issue du dessalement sera réutilisée dans le circuit de refroidissement de la centrale, augmentant d'autant la puissance et la compétitivité du process.