Your browser does not support JavaScript!

Salons congrès conférences

100e congrès de l’Astee : un succès complet, un événement convaincant !

12 octobre 2021 Paru dans le N°445 ( mots)
© Astee

Le 100e congrès de l’Astee a prouvé la solidité des relations de l’association avec ses membres et ses partenaires. A cette occasion, l’association s’est donné une nouvelle mission qui vise à l’intérêt général : promouvoir un nouveau regard sur la gestion de l’eau et des déchets auprès du citoyen-usager. Rencontre avec Solène Le Fur, directrice générale de l’Astee.

L’eau, l’industrie, les nuisances : Le 100e congrès de l’Astee s’est distingué autant par son ampleur, l’ouverture à tous ses membres que par son thème central « Le citoyen-usager au cœur des métiers de l’eau et des déchets ». Quel bilan faites-vous de cette édition anniversaire ? 

Solène Le Fur : Pour sa 100e édition, la gouvernance de l’Astee a unanimement souhaité que le congrès soit particulièrement mobilisateur et rassembleur et se tienne à Paris. Au vu du thème central « Le citoyen-usager au cœur des métiers de l’eau et des déchets », le choix de la Cité des sciences et de l'industrie s’est imposé car elle incarne l’envie de partager, d’échanger avec le grand public sur les avancées et innovations scientifiques et technologiques.

Nous n’avons pas encore réalisé le bilan exact de l’événement, mais cette édition a réuni 641 congressistes sur trois jours, fédéré plus de 20 partenaires institutionnels qui contribuent eux-mêmes à la valorisation des travaux, programmé plus de 130 interventions dans 26 sessions. 

Ce fut aussi l’occasion de tester l’enrichissement de notre programme des congrès Astee qui se définit autour de sessions et visites scientifiques et techniques. Cette année, nous y avons ajouté 11 ateliers et 3 formations qui ont de toute évidence bien plus puisqu’ils ont affiché complet. 

S’il en était besoin, cette édition historique de nos congrès a démontré que l’Astee est un puissant réseau, croisant métiers et territoires, toujours en attente de capitalisation d’informations et de transmission.

EIN : Concrètement, comment l’Astee, qui est l’association de référence des professionnels de la filière, peut-elle parvenir à impliquer les citoyens sur des métiers encore peu visibles et peu audibles dans le débat public ?  

S.LF : Statutairement l’Astee n’a pas vocation à s’immiscer dans le débat public sur la réalité du changement climatique. Cependant, dans le cadre de son plan stratégique intitulé « Astee 2020 », il nous a paru utile de travailler sur la relation des services publics de l’environnement avec le citoyen-usager de l’eau et des déchets, pour notamment accompagner l’évolution des comportements tant individuels que collectifs.

Nos membres sont conscients que le citoyen est un acteur clé pour relever le défi de la transition écologique et ont souhaité développer une réflexion entre collectivités, organismes de recherche, entreprises privées, associations, syndicats et agences de l’eau pour partager les pratiques en matière de relation au citoyen, notamment la façon de diffuser auprès de ces derniers les concepts clés, les informations adéquates et les moyens pour adopter des comportements vertueux.

En début d’année 2020, l’Astee a ainsi lancé un groupe de travail emmené par Sandrine Meynier, chargée de mission relation usagers au SEDIF et Denis Guilbert, directeur du cycle de l’eau à Nantes Métropole et vice-président de l’Astee en charge du lien aux collectivités, autour de ce thème.

Les contributeurs, en confrontant leurs expériences, ont constitué une trentaine de fiches ressources qui seront diffusées au fur et à mesure. Cette démarche étant fortement appréciée par les collectivités et leurs partenaires, le groupe de travail envisage de garder le rythme de production de contenus pour les années à venir.

EIN : Pourquoi avoir choisi La Cité des Sciences et de l’industrie pour tenir cette édition ? 

S.LF : En parallèle de cette édition 2021 et dans le cadre de la semaine européenne du Développement durable, l’Astee a développé un partenariat avec Universcience pour proposer aux visiteurs de la Cité des sciences et de l’industrie un parcours d’activités ludiques et pédagogiques autour des enjeux et métiers de l’eau et des déchets.

L’objectif de cette exposition « Ensemble pour la planète ! L’eau et les déchets comme vous ne les avez jamais vus » était d’amener un large public, notamment les enfants, à appréhender les enjeux de la transition écologique et à le mobiliser sur l’importance de consommer moins et mieux.

Grâce aux messages clés diffusés par des rencontres avec des professionnels du secteur, des films, jeux, BD, des ateliers dédiés aux scolaires, l’exposition retrace les parcours de l’eau et des déchets, fait découvrir les métiers des filières, les notions d’imperméabilisation des sols. Elle explique les procédés de traitement des eaux, les objets connectés ou non qui permettent de suivre et d’analyser, les outils industriels liés à la gestion de l’eau et des déchets.

Déployée au centre de la Cité des sciences et de l’industrie du 21 septembre au 3 octobre 2021, l’exposition conçue à l’origine pour juin 2021, a bénéficié de l’engouement du grand public pour la 30ème édition de la Fête de la Science intitulée « L’émotion de la découverte ». Au total, elle a accueilli 9000 visiteurs le premier week-end, 180 groupes scolaires le 1er octobre et près de 30000 visiteurs les 2 et 3 octobre. 

Un tout premier événement convaincant, que nous devons partager avec le groupe de travail Astee copiloté par Armelle Bernard d’Eau de Paris et Marie-Pierre Martinet du Syctom, Eclidea qui en a assuré la coordination mais aussi les ministères de la Transition écologique et des solidarités et de la santé ainsi que l’Office français de la Biodiversité qui ont soutenu financièrement ce beau projet.


Propos recueillis par Pascale Meeschaert